Culture

Les Marocains du monde au SIEL

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5453 Le 14/02/2019 | Partager
Un stand du CCME dédié à la culture marocaine au-delà des frontières
Des rencontres, débats, signatures pour petits et grands
siel_maroc_053.jpg

Une bibliothèque numérique est proposée dans le stand. «ebookccme» est un projet qui vise à donner une plus grande visibilité aux publication du CCME en mettant en valeur la production littéraire et culturelle des Marocains du monde (Ph. ABo)

Toute la diversité de création et d’horizons des Marocains du monde. C’est en substance qu’illustre le stand du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger au Salon international de l’édition et du livre (SIEL) à Casablanca, qui se poursuit jusqu’au 17 février.

Intellectuels, penseurs, historiens du Maroc et d’ailleurs sont donc invités à débattre autour de sujets liés à la migration, mais aussi de leur identité, de raconter leurs success stories, d’être à l’écoute, de se rencontrer ou de se retrouver dans un espace où le vivre ensemble est de règle.

De l’ex-ministre française Najat Vallaud-Belkacem au chercheur Rachid Benzine, en passant par le psychanalyste Paul Dahan, la réalisatrice Izza Genini ou encore la chorégraphe Hélène Meyer… ils sont une centaine d’intervenants à rencontrer le public pour des tables rondes, des signatures de livres ou des témoignages de parcours et d’échange d’expérience.

Intitulée «La culture marocaine au-delà des frontières», la présence du CCME au SIEL se veut une vitrine de «cette culture marocaine multiculturelle qui est en nous et nous ouvre toutes les portes du monde lorsqu’on la cultive», précise-t-on auprès de l’institution.

Un thème nécessaire, toujours selon le CCME, «dans la mesure où il nous rappelle qui nous sommes, d’où nous venons et les raisons pour lesquelles nous sommes des citoyens du monde. Capables de coexister avec la culture de cet autre qui nous ressemble.

Pour preuve, tous ces millions de Marocains qui vivent dans les quatre coins du globe à la fois fiers de leur culture d’origine et très naturellement en phase, si ce n’est en symbiose, avec leurs concitoyens toutes nationalités et religions confondues».

Pour les plus jeunes, des «matinées jeunesse» sont organisées chaque jour en collaboration avec des institutions éducatives et des associations actives dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse. Les enfants, écoliers, collégiens, vivant au Maroc, vont pour leur part découvrir leur histoire, celle de leurs ancêtres, de tous ces premiers aventuriers partis à la découverte du monde à travers des jeux didactiques réalisés par le CCME.

  Quatre programmes y sont présentés, à savoir: «L’islam en nous», un jeu de société réalisé par le CCME dans le but de consolider les valeurs de la tolérance chez les plus jeunes, ainsi que «La personnalité marocaine: dynamique et diversité» qui vise  à faire connaître certaines personnalités qui ont marqué l’histoire du Maroc.

En troisième lieu est proposé «Avec l’invité» qui consiste en un entretien en direct avec des personnalités de divers horizons: littéraire, politique, sport ou culture, et enfin une série de présentations artistiques sous le titre de «Théâtre et improvisation», le tout entre 10h et 12h30. La programmation adulte  démarre, elle, à partir de 14h30.

                                                                              

Les droits des enfants aussi au Salon

L’Observatoire national des droits de l’enfant (ONDE) organise, le 16 février sur le stand de la délégation interministérielle des Droits de l’Homme en partenariat avec l’Unicef Maroc et  le ministère d’Etat chargé des Droits de l’Homme, la présentation et la signature d’une pétition afin de mobiliser les visiteurs du SIEL en faveur des droits de l’enfant.

Cette pétition produite à l’occasion du 30e anniversaire de la Convention des droits de l’enfant, invite les dirigeants du monde entier à s’engager à faire des enfants une priorité absolue, à respecter les droits de chaque enfant et à affirmer que ces droits sont non négociables.

L’ONDE a également organisé en partenariat avec le ministère d’Etat chargé des Droits de l’Homme et la délégation interministérielle des Droits de l’Homme (DIDH), samedi 9 février, un atelier interactif autour du Parlement de l’enfant avec la participation active des enfants parlementaires. Ces derniers ont livré des témoignages sur l’importance de cette institution en tant que levier pour l’ancrage de la culture des droits de l’enfant.

A.Bo

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc