×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    Spécial Casablanca: Ces villes stars de demain

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5449 Le 08/02/2019 | Partager

    De plus en plus de villes nouvelles voient le jour au Maroc. Leur essor connaît des fortunes diverses. Ces pôles urbains juxtaposent généralement les grandes agglomérations, telles que Casablanca, Rabat et Marrakech. Parmi les exemples qui promettent, figurent Zenata, Bouskoura et Dar Bouazza. Trois modèles de pôles résidentiels plébiscités par les ménages aux revenus moyens qui souhaitent investir dans un bien loin de la pression urbaine.

    ■ Zenata, les premiers bâtiments de l’Eco-cité

    leco-cite-zenata-049.jpg

    Située dans la commune d’Aïn Harrouda et dans la 2e couronne nord du Grand Casablanca, l’Eco-cité Zenata est au carrefour de différents hubs, d’infrastructures routières et ferroviaires, logistiques et aériennes  (Ph. PCC)

    La partie invisible de cette nouvelle ville de 1.860 hectares (soit l’équivalent de Mohammédia intra-muros) est aujourd’hui pratiquement achevée. Voiries, ouvrages d’art, travaux d’assainissement, de raccordement à l’électricité et à l’eau potable sont en cours de finalisation. Il en est de même pour les travaux d’implantation de mobilier urbain, qui devaient s’achever à fin décembre 2018.

    La partie résidentielle est l’une des premières composantes à voir le jour. Sept promoteurs ont démarré les travaux sur le 1er quartier qui sera livré dès 2022. Situé à 400 m de la plage de Zenata, ce quartier baptisé «La Ferme» sera en effet la 1re zone résidentielle à sortir de terre. Les premiers groupes immobiliers sont déjà entrés en possession de leurs lots de terrains.

    Doté d’une superficie de 70 ha, le quartier est structuré en 2 centres de vie, de part et d’autre d’un parc de 8 hectares avec des zones vertes, des aires de jeux pour enfants, des places publiques et des fontaines sèches ainsi que des terrains de sport. 70% des logements de Zenata seront destinés à la classe moyenne. Plus de 2.000 unités sont prévues pour cette 1re phase avec des tarifs qui oscillent entre 8.000 et 10.000 DH le m2, avait annoncé Kacem El Hajji, directeur du pôle opérations à SAZ, filiale de la CDG, lors de la présentation du programme.

    Le campus universitaire international de Zenata abritera pour sa part des enseignes nationales et internationales pour des formations dans des métiers d’avenir, notamment l’ingénierie, la santé et le retail. «Les Arts et Métiers ParisTech» est l’une des premières à s’installer avec son campus d’ingénierie «Industrie du futur 4.0».

    Le pôle commercial sera développé avec un groupement d’investisseurs dont Al Futtaim Group (Arabie Saoudite), Sonae Sierra (Portugal), Marjane... La première phase du centre commercial de l’Eco-cité Zenata a été marquée par l’ouverture du premier magasin Ikea au Maroc en 2016. La deuxième phase, en cours de développement, en fera une véritable destination familiale de commerce et de loisirs.

    Le positionnement de l’Eco-cité repose sur une offre pour la classe moyenne plus, qui n’existe pratiquement pas, avec des pavillons, des villas, des appartements moyen standing… mais également un projet de mixité sociale, avec des logements sociaux. Le tout dans un site intégré de bout en bout et raccordé aux réseaux routier, ferroviaire et aérien.
    Début février, la Société d’aménagement Zenata (SAZ), filiale du groupe CDG, a lancé un appel d’offres ouvert ayant pour objet la réalisation des prestations d’assistance juridique et la mise en œuvre des phases administratives pré et post-judiciaires relatives à l’apurement et à la libération de l’assiette abritant l’Eco-cité Zenata.

    ■ Bouskoura, la promesse de ville verte

    palmgolf-du-palmeraie-country-club-de-bouskoura-049.jpg

    Le PalmGolf du Palmeraie country club de Bouskoura offre une palette de 18 trous, dont certains figurent parmi les plus mythiques de la région (Ph. PCC)

    Prisée pour son calme, la ville nouvelle de Bouskoura est devenue l’échappatoire des Casablancais en quête d’un cadre de vie plus serein, à proximité de la nature et loin de la pollution de la capitale économique.

    Le développement de la ville nouvelle injecte une offre via de nouveaux produits urbains permettant la valorisation de la zone sud de Casablanca, tout en maintenant la vocation d’espaces de loisirs et de récréation ouverts au public. Au fil des années, plusieurs promoteurs immobiliers ont pris d’assaut les différentes zones de Bouskoura pour construire des logements de toutes sortes.

    Programmes sociaux et économiques, villas et résidences sécurisées se côtoient dans cette cité: introduction d’un nouvel urbanisme à haute valeur écologique, villas isolées, villages de vacances, loisirs de plein air, golfs, tennis, parcours de santé... C’est le cas du concept Palmeraie country club (PCC), ouvert en mars 2017 au California golf resorts, qui offre aux membres du PCC un store center, spa, restaurant, meeting center… accessible sur inscription. Ce club privé est également ouvert aux non-résidents. Le programme est le fruit d’un investissement de l’ordre de 200 millions de DH du groupe Palmeraie Développement.

    De son côté, le pôle immobilier du champion national de la construction, TGCC Immobilier, livre depuis début  janvier les deux dernières tranches de son projet «Domaine de Bouskoura». Un programme de 60 villas isolées à partir de 1.000 m2, ou encore l’aménageur-développeur Garan, qui prévoit de livrer en juin prochain des unités sur son projet Arizona Parc, développé en plein cœur du quartier Victoria. Le groupe maroco-saoudien y commercialise des appartements allant de 94 à 140 m² (F3 et F4) de haut standing, à partir de 9.000 DH/m2.

    Le projet de la ville verte de Bouskoura mise également sur la valorisation de la forêt de Bouskoura en la transformant progressivement en un véritable parc urbain régional. Prévus pour être livrés en mars prochain, les travaux d’aménagement de la forêt de Bouskoura Merchich auront mobilisé 110 millions de DH.

    ■ Dar Bouazza, des airs de vacances toute l’année!
    Située à environ 20 km de Casablanca, la vile nouvelle, qui était encore récemment une commune rurale périphérique, se présente désormais comme le réceptacle d’une extension urbaine importante. La ville nouvelle abrite déjà une population de plus de 150.000 habitants attirée par le développement de quartiers résidentiels accessibles et de bonne qualité architecturale et environnementale.

    La ville nouvelle nourrit l’ambition de devenir la banlieue chic de Casablanca! Des promoteurs immobiliers comme Palmeraie Développement via sa nouvelle marque Palmeraie Immobilier, AmanDary Group, Saham Immobilier ou encore Résidences Dar Saada y développent des projets.

    Cependant, à l’inverse des deux précédentes villes, Dar Bouazza souffre de l’hétérogénéité de son territoire due à un manque de vision urbanistique globale axée sur la mise en valeur des différentes potentialités de ses sites. On y assiste également à des extensions urbaines incontrôlées générées par l’habitat dispersé, les constructions irrégulières d’habitat précaire ou encore les implantations de petites unités industrielles.

    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc