Régions

Tanger enterre ses déchets

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5418 Le 24/12/2018 | Partager
Des bacs de 6 m3 enfouis pour moins de désagréments
Une dizaine seront installés sous peu à Tanger par Sita Boughaz
tanger_dechets_suez_018.jpg

Après une première installation dans les environs du port de Tanger-ville, Sita Boughaz se prépare à enfouir un 2e bac, place du Maghreb Arabe, près d’Ain Ktiouet  (Ph. Adam)

Des conteneurs enfouis, la nouvelle tendance en matière de gestion des déchets à laquelle Tanger vient de souscrire. Après une première borne installée dans les environs du port de Tanger-ville, la société Sita Boughaz est en train de préparer une deuxième place Oued Al Makhazine (Ain Ktiouet). Une troisième sera installée, selon l’entreprise à l’avenue Ibn Ardoune.

Afin de faire face aux désagréments des ordures et des conteneurs, l’enfouissement, solution simple et déjà à l’œuvre dans d’autres villes, est une technique qui cumule les avantages. Les déchets sont à l’abri du soleil et des regards, ils n’empestent pas l’air avec les odeurs que ces bacs laissent échapper, surtout en été et leur contenu reste loin des regards, le temps de venir les vider.

Leur enfouissement les maintient aussi loin d’atteinte des animaux en tous genres et des fouineurs qui font les poubelles et qui très souvent vident leur contenu à même le sol.

La borne de 6 m3 est enterrée dans le sol et a pour atout une faible emprise sur la chaussée, permettant de réduire les désagréments aux passants et aux commerces à proximité. Sa construction ne nécessite pas une logistique sophistiquée, une pelleteuse peut le faire en une journée. Il reste seulement à trouver le bon endroit.

Sita Boughaz qui gère la zone Tanger Ouest (320.000 habitants) compte en installer une dizaine dans un premier temps. Le budget consacré à cette opération est de 1,5 million de DH et leur implantation sera accompagnée d’une campagne de sensibilisation pour une meilleure utilisation.

L’enjeu est de taille car sans la coopération citoyenne et le besoin impérieux d’une participation active de tous les usagers, les efforts risquent d’avoir l’effet d’un coup d’épée dans l’eau.

A noter que Tanger est divisée en deux secteurs dont l’un est géré par Sita Boughaz (Tanger Ouest) et le deuxième par Solamta, (Tanger Est). La solution de diviser la ville en deux est née après l’expérience amère passée avec les anciens gestionnaires du service et les multiples grèves d’éboueurs qui ont secoué la ville.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc