×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès: Le Complexe sportif fermé pour rénovation

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5417 Le 21/12/2018 | Partager
    L’aménagement en gazon naturel du terrain principal en priorité
    Un investissement de 50 millions de DH mobilisé pour l’opération
    La pelouse des deux terrains annexes sera également refaite
    fes-complexe-sportif-017.jpg

    Les travaux de rénovation du Complexe sportif de Fès, qui dureront quatre mois, sont d’un coût de 50 millions de DH. Le Moghreb de Fès et le Wydad de Fès seront donc obligés de chercher un autre terrain pour leurs prochains matchs et entraînements (Ph. YSA)

    C'est fait. La société Sonarges a pris enfin le Complexe sportif de Fès en main. Se trouvant dans un état de délabrement avancé, le stade de Fès bénéficiera d’une véritable cure de jouvence pour un budget de 50 millions de DH. Construit au Sud de la ville, le stade fermera ainsi pour au moins 4 mois.

    C’est le temps qu’il va falloir «pour l’aménagement en gazon naturel du terrain principal, ainsi que ses deux terrains annexes», précise la société en charge de la gestion du Complexe sportif.

    En attendant, le Moghreb de Fès et le Wydad de Fès seront donc obligés à chercher un autre terrain pour leurs prochains matchs. L’Economiste revient sur la situation de l’unique complexe sportif «opérationnel» de la capitale spirituelle.
     
    ■ Laissé à l’abandon et sans moyens… durant 10 mois
    Pelouse asséchée, équipements mal-entretenus, personnel anxieux… C’est le triste visage que présentait, en septembre dernier, le Complexe sportif de Fès. La situation est rapportée dans nos colonnes (L’Economiste N°:5353 du 19/09/2018). Pour rappel, cette infrastructure avait nécessité quelque 500 millions de DH et une dizaine d’années pour sa réalisation. Lors de notre visite, plusieurs responsables du stade affirment «qu’ils sont laissés à l’abandon depuis 8 mois, et sans moyens».
    «Nous travaillons avec les moyens du bord… parfois puisant dans nos bourses personnelles», déplorent-ils. En fait, c’est suite à une décision du ministère de la Jeunesse et des sports que le Complexe de Fès devait passer, le 31/12/2017, des mains des Services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA) à celles de la Société nationale de réalisation et de gestion des stades (Sonarges). «Effectivement, Segma du Complexe de Fès a été supprimé, mais aucune société n’a repris la gestion du stade».
    Assuré par une quarantaine de personnes, dont 7 cadres relevant du ministère, le fonctionnement de ce Stade nécessite un budget annuel de 6 millions de DH. Ce qui lui permet de payer des prestataires chargés notamment du jardinage, la sécurité, l’entretien des équipements, le service de propreté, ainsi que l’entretien de la pelouse. «Il s’agit principalement de PME qui faute de paiement risquent de mettre la clé sous le paillasson», confie une source proche du dossier. Résultat: «ces sociétés n’ont pas été payées depuis juin et ne peuvent se permettre de continuer davantage». Ainsi, une réduction du personnel a été opérée.

    fes-complexe-stade-017.jpg

    ■ Le reste à recouvrer… mais par qui?
    «Sans ressources, ni primes», les personnels «pas du tout motivés» soulignent que le complexe peut assurer 2 millions de DH de recettes propres. Car, il compte plusieurs annexes exploitées par des contractuels. Mais, en l’absence d’une société de gestion (Segma, Sonarges, ou autres), huit mois de loyer restent à recouvrer. Idem pour les recettes des matchs. Entre temps, la direction du complexe se limitait à la facturation. En outre, les amoureux du ballon rond ont découvert, lors des derniers matchs, une pelouse sérieusement asséchée et des équipements présentant d’importants signes de détérioration. Une situation qui a poussé Allal Amraoui, député de la ville, à interpeller le ministère des Sports. «Je n’ai toujours pas eu de réponses», confie le conseiller communal. «Et ce n’est qu’après le reportage de L’Economiste que les choses ont commencé à bouger», informe notre source. Ainsi, le terrain principal du Complexe fera peau neuve, tout comme les deux terrains annexes. A cet effet, une enveloppe de 23 millions de DH est allouée à cette opération. Un montant qui fera renaître un complexe qui allait tomber en ruine. Signalons que l’autre stade de la ville, Hassan II, est fermé depuis plusieurs années. Il est ouvert surtout pour accueillir des meetings politiques (PJD, PI etc). Face à cette situation, de nombreux observateurs craignaient que Fès soit privée de matchs de haut niveau et autres événement sportifs. Le projet de réhabilitation en cours ravive les espoirs.   

    ■ Qui financera la mise à niveau des autres équipements?
    Rappelons que le complexe sportif de Fès avait coûté plus de 500 millions de DH mais aucun budget d’entretien ne lui avait été réservé. A tel point que le terrain de jeu ressemblait, en 2004, à un champ de bataille faute d’arrosage (cf. https://leconomiste.com/archive). Et ses équipements présentaient des signes de détérioration sans jamais avoir fonctionné. Aujourd’hui, et après 14 ans, la restauration de l’édifice est nécessaire. En fait, le visiteur peut facilement remarquer l’état de délabrement du Stade. Si à l’intérieur, le personnel même «réduit» se bat, avec les moyens du bord, pour préserver l’image du Complexe. A l’extérieur, pierres, ordures et tessons de bouteilles offrent un spectacle des plus désastreux. «Cet été, nous avons eu des températures caniculaires. Imaginez l’effort qui a été consenti pour arroser le gazon, l’aérer et l’entretenir… grâce seulement à 3 ou 4 personnes!», rappelle un responsable du complexe. Et d’ajouter: «l’arrondissement de Saïss a été appelé à la rescousse pour entretenir les alentours du stade». Outre l’aménagement de la pelouse, des travaux de restauration des murs fissurés, le changement des portes délabrées et vitres cassées, seront d’un grand apport.

    Uniformiser la gestion

    Rappelons que le Stade de Fès figure parmi les six autres placés sous la coupe de la Sonarges y compris ceux de Tanger, Marrakech et Agadir. Le but étant d’uniformiser la gestion des Grands stades car la multiplicité des interlocuteurs s’est avérée nuisible. A noter que le stade de Fès n’est pas le seul à fermer ses portes. Le complexe Mohammed V de Casablanca est également fermé depuis jeudi 20 décembre pour travaux, privant le Raja et Wydad de leur stade.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc