Entreprises

Salafin: L’absorption de Taslif finalisée en février 2019

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5416 Le 20/12/2018 | Partager
L’opération nécessite encore une augmentation de capital
Le nouvel ensemble disposera de plus de 1 milliard de fonds propres
Plan d’action du groupe sur les 3 prochaines années
salafin_taslif_016.jpg

Avec l’absorption de Taslif, Salafin va améliorer de 1,4 point sa part de marché d’ici 2020. Le groupe table sur une progression de sa production au cours des 3 prochains exercices

Elle aura tenu en haleine le marché depuis le début d’année. L’absorption de Taslif (filiale de Saham Assurance) par Salafin (filiale de BMCE Bank of Africa) peut maintenant enfin être bouclée 10 mois après avoir été annoncée (cf. L’Economiste du 31 janvier 2018).

Entre temps, il y a eu la cession de Saham Assurance au sud-africain Sanlam qui a quelque peu retardé la finalisation de l’opération. Et comme toute fusion absorption, une augmentation de capital de Salafin est nécessaire. Elle portera sur les titres issus de l’absorption de Taslif pour un montant global supérieur à 515,3 millions de DH et sera réservée aux actionnaires de Taslif.

La parité des 550.577 actions qui vont être créées sera d’1 action Salafin pour 39 actions Taslif. Il s’agit là de la dernière étape (s’achèvera fin février 2019) qui permettra de créer un nouvel ensemble qui devra peser quelque 2,5 milliards de DH de capitalisation boursière. Il disposera également de plus de 1 milliard de DH et franchira la barre des 500 millions de DH de produit net bancaire. Salafin a d’ailleurs fixé le cap à 2020.

Le groupe entend continuer d’améliorer ses performances financières avec un PNB qui atteindrait 555 millions de DH d’ici 2020. Un poste qui serait principalement composé de la marge d’intérêts avec une contribution moyenne de 45,3% à fin 2020. Le reste est constitué de la marge sur commissions à 29,2% et résultat des opérations de crédit-bail à 23,9%. 

La rentabilité, elle, devrait aussi s’apprécier puisque Salafin prévoit un résultat net de 192,4 millions de DH pour 2020 qui inclut une baisse du coût du risque de près de 0,6 point à 1,4% à fin 2020 induit par l’assainissement du portefeuille du groupe.

Pour parvenir à ces résultats, Salafin prévoit une amélioration conséquente de son encours global (crédits  à la consommation et LOA) sur les trois prochaines années. Sa production bondirait de 13 et 10,1 en 2019 et en 2020 pour se monter à 5,6 milliards de DH à terme.

La contribution de Saham Assurance, à horizon 2020, dans l’encours prévisionnel du nouvel ensemble se chiffrerait à 283 millions de DH. La synergie entre les deux groupes va également s’opérer au niveau des charges puisqu’elles seront mutualisées, optimisées et contenues. Le coefficient d’exploitation resterait stable à 30,5% à fin 2020 (+1,4 point par rapport à 2017).

Pour ce qui est des fonds propres, ils se monteraient à 1,1 milliard de DH la première année affichant une progression de 17,8% suite à l’incorporation de la prime de fusion de 460 millions de DH. Ils devraient continuer à progresser pour s’établir à 1,2 milliard de DH à fin 2020. Dans ce sillage, le ROE s’améliorerait à 15,9% et le ratio de solvabilité baisserait à 26% à fin 2020.

Moulay Ahmed BELGHITI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc