×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Zone de turbulences sur les marchés financiers

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5414 Le 18/12/2018 | Partager
    L’analyse de la BRI

    Les marchés financiers ont de nouveau connu une forte correction au cours du trimestre passé, marquant un nouvel à-coup sur le chemin de la normalisation monétaire emprunté par les grandes banques centrales. C’est ce qu’indique la Banque des règlements internationaux (BRI) dans son rapport trimestriel publié le 16 décembre 2018 (https://www.bis.org).

    Les prix des actifs ont enregistré une baisse générale. Les rendements des emprunts d'État américains ont augmenté en octobre, avant de perdre cette avance et de poursuivre leur recul à mesure que le mouvement de vente sur les actifs risqués s'étendait.

    En décembre, les marchés ont connu de nouvelles turbulences, associées à des rendements toujours en baisse. Les signaux contrastés envoyés par l'économie mondiale et le durcissement progressif, mais constant, des conditions financières sont à l'origine de la correction des marchés. La persistance des tensions commerciales et le renforcement des incertitudes politiques ont intensifié la fuite des investisseurs vers les actifs sûrs.

    «Les tensions que nous avons observées ce trimestre sur les marchés n'étaient pas un événement isolé», a déclaré Claudio Borio, chef du département monétaire et économique de la BRI. «La normalisation de la politique monétaire allait nécessairement s'avérer difficile, notamment à la lumière des tensions commerciales et des incertitudes politiques», souligne-t-il.

    L'édition de décembre 2018 du Rapport trimestriel de la BRI propose une cartographie des financements en dollars -soit 12.800 milliards de dollars- des banques non américaines et de l'origine de ces fonds. Le rôle des succursales et filiales américaines de ces banques a diminué alors même que la part des financements en dollar émanant de résidents des États-Unis reste élevée. Cette évolution pourrait avoir des implications en termes de disponibilité des financements en dollar en cas d'assèchement des fonds.

    «Compte tenu du rôle déterminant que joue le dollar en tant que monnaie soutenant le système bancaire mondial, suivre l'évolution des tendances du financement en dollar peut aider à évaluer la manière dont les conditions financières fluctuent, ainsi que la vulnérabilité de celles-ci à une inversion», a observé Hyun Song Shin, conseiller économique et chef de la recherche de la BRI.

    Celle-ci examine également la manière dont le récent défaut d'un seul trader a entraîné une perte exceptionnelle de plus de 100 millions d'euros pour une contrepartie centrale suédoise et ses membres. Tout en soulignant l'importance de la préparation et de l'adoption d'une perspective de long terme, dans le domaine de la gestion des risques.

    Sensibilité des indicateurs

    bourse_014.jpg

     

    L'étude de la BRI met en outre en lumière la sensibilité des indicateurs des conditions financières aux prix des actions. Même les indices présentant une pondération modeste des cours des actions pourraient surestimer le soutien à l'activité issu de baisses des taux directeurs. Elle évoque enfin les risques du financement fondé sur le nantissement d'actions, dans lequel les prêts accordés à des actionnaires ou dirigeants clés d'entreprises cotées sont garantis par les actions de ces derniers. Cette pratique s'est rapidement répandue en Chine, mais a diminué en 2018 en raison de risques croissants et du recul du marché d'actions chinois.

    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc