×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Alipay attendue sur le marché marocain

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5413 Le 17/12/2018 | Partager
    La solution du géant du commerce électronique Alibaba sera déployée par le CMI

    C’est une star parmi les solutions de paiement mobile. Le Wallet chinois Alipay (520 millions de clients actifs et plus de 100 millions de transactions quotidiennes -ça fait rêver-) sera incessamment déployé au Maroc par le Centre monétique interbancaire (CMI) en partenariat avec AfricaPass, EuroPass et SwiftPass.

    L’entreprise cible les touristes chinois, de plus en plus nombreux à visiter le Royaume. Ils étaient 118.000 en 2017 contre seulement 16.000 l’année précédente. Potentiellement, 500.000 touristes chinois pourraient visiter le Maroc en 2019, selon les prévisions les plus optimistes (un peu trop peut-être). Très familiarisés avec les solutions de paiement dématérialisées, ces voyageurs ont aussi la particularité d’être dépensiers.

    En moyenne, un touriste chinois a dépensé 2.662 DH avec sa carte bancaire en 2017 contre un panier moyen de 1.613 DH pour les  autres cartes étrangères. Ils auront une option supplémentaire pour régler leurs achats avec Alipay, la solution de paiement créée par le géant Alibaba.

    Les hôtels et les chaînes de luxe sont en tête de peloton pour s’équiper. Le shopping représente plus de la moitié des dépenses des touristes chinois. Selon les estimations du CMI, leurs transactions depuis le smartphone pourraient dépasser 950 millions de DH. Le Centre monétique interbancaire prévoit de lancer WeChat Pay, l’autre Wallet vedette chinoise dans une deuxième phase.

    L’acceptation des paiements Alipay et WeChat par les commerçants affiliés au CMI va dans le sens de la diversification de l’offre du Centre. Ce dernier est de toute façon contraint de faire évoluer son modèle avec l’arrivée de nouveaux acteurs sur son marché. Le CMI fait partie des entreprises qui ont décroché l’agrément pour exercer en tant qu’établissement de paiement. Comme lui, les sociétés de transfert doivent se réinventer pour ne pas disparaître avec l’avènement des solutions sur mobile.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc