×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    OPCVM: Mode opératoire pour l’investisseur

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5389 Le 09/11/2018 | Partager
    Bien étudier le fonds avant de se positionner
    Déterminer rigoureusement un horizon de placement
    Quel degré de risque à supporter
    opcvm_investisseur_089.jpg

    Sans surprise, les OPCVM «actions» compte tenu de la nature volatile du marché boursier, sont sur l’échelle des risques les plus risqués mais offrent le rendement le plus élevé

    Si le nombre d’investisseurs en organisme de placements communs en valeurs mobilières (OPCVM) augmente, il reste toutefois dominé par les entreprises financières. Les banques, les assurances et autres organismes de retraite et de prévoyance sont en effet rompus à l’exercice de l’investissement dans ces véhicules de placements d’ailleurs ils s’accaparent près de 76% de l’actif net sous gestion qui a atteint 439 milliards de DH en octobre. Les particuliers eux sont bien moins nombreux.

    Le total de leurs placements dans les OPCVM ne représente que 7% de l’encours. Cela pourrait être causé par un manque d’informations. C’est justement dans ce sens que l’autorité marocaine des marchés de capitaux a mis en ligne un guide destiné au grand public pour se familiariser avec les principaux concepts liés à l’investissement en OPCVM, fournir les modes opératoires suivis et rappeler les risques qui y sont associés.

    ■ Le choix de l’OPCVM
    Il y a un certain nombre d’étapes à suivre avant d’investir dans ces véhicules. En raison de leur nombre important (432 OPCVM à fin 2017) et de leur diversité, il est conseillé de procéder à une étude afin de choisir le fonds qui correspond le mieux à son profil et à son projet d’investissement. L’assistance d’un conseiller bancaire ou conseiller en investissement financier est fortement recommandée puisqu’il s’agira de définir de manière précise les connaissances financières de l’investisseur, sa situation financière, ses objectifs et son degré d’exposition au risque. En fonction de son horizon d’investissement, court terme (1 an et moins), moyen terme (entre 1 et 5 ans)  et long terme (plus de 5 années), l’investisseur se doit, indépendamment de ses objectifs, de déterminer le degré de risque et d’incertitude qu’il est prêt à supporter. Et pour cause, «certains OPCVM de même catégorie et d’horizons de placement similaires peuvent, de par leur stratégie d’investissement, présenter des niveaux de risque très différents». Vient ensuite le choix de l’OPCVM. Ce choix doit se baser sur plusieurs critères inscrits de la note d’information. A commencer par la classification qui précise la catégorie de l’OPCVM. Il y a également les objectifs du fonds, ses buts spécifiques et son positionnement stratégique notamment en matière de profil de risque ciblé, de type de marché visé ainsi que la manière dont l’OPCVM s’efforcera d’atteindre ses objectifs. Cela signifie concrètement, les instruments financiers utilisés et les actifs éligibles au portefeuille de l’OPCVM ainsi que son degré d’exposition aux différents marchés dans lesquels il compte investir. La durée de placement recommandée est également un critère à considérer.

    ■ Les risques inhérents
    Comme tout investissement, les placements en OPCVM sont liés à des incertitudes quant à la réalisation de leurs objectifs d’investissement. Ces incertitudes découlent des nombreux risques. Il y a le risque de marché qui implique une perte occasionnée par une évolution défavorable des prix des instruments financiers détenus, mais aussi le risque de crédit qui peut se traduire par une impossibilité de recouvrer. D’autres risques peuvent survenir aussi, comme ceux de taux, de liquidité et de change.   

    ■ Le placement dans l’OPCVM et son suivi
    Il est possible d’acheter ou vendre des actions ou parts d’OPCVM auprès de son réseau de commercialisation propre selon certaines modalités précisées dans sa note d’information. Il s’agit du prix d’acquisition (souscription) et de vente (rachat), de la périodicité de calcul de la valeur liquidative de l’OPCVM, des établissements en charge de la commercialisation, du délai et de l’heure limites de réception des demandes de souscription et de rachat. Il faut savoir que «les acquisitions et ventes d’actions et de parts d’OPCVM sont effectuées à un prix inconnu correspondant à la prochaine valeur liquidative de l’OPCVM qui peut faire l’objet de majoration au moment de l’achat (commissions de souscription) et être minoré à l’occasion d’une vente (commissions de rachat)».
    Le suivi des performances des OPCVM peut se faire via la publication (au moins une fois par semaine) de la valeur liquidative du fonds ou par un compte rendu périodique.

    ■ Combien ça coûte?   
    L’investissement dans un OPCVM ne semble pas être onéreux. En plus des commissions de souscription et de rachat, les investisseurs devront payer des frais de gestion représentant les charges de fonctionnement et de gestion de l’OPCVM. Ces charges qui sont incluses dans la valeur liquidative ne peuvent excéder 2% HT de l’actif net. Elles englobent la rémunération de la société de gestion, la commission due au dépositaire, la rémunération du CAC, la commission due à Maroclear, les frais de publication et la commission due à l’AMMC.

    M.A.B.

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc