×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca: 6 milliards de DH de créances en souffrance

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5378 Le 24/10/2018 | Partager
    Budget prévisionnel 2019: 3,5 milliards de DH
    Plus du tiers pour la masse salariale et les dépenses de fonctionnement
    Le reste est réparti entre les dotations des arrondissements, les SDL…
    casablanca_conseil_de_la_ville_078.jpg

    Le plus gros du budget de la ville de Casablanca est consacré à la masse salariale et aux dépenses de fonctionnement, soit plus de 1,3 milliard de DH (Ph. L'Economiste)

    3,5 milliards de DH. C’est le budget prévisionnel 2019 de la ville de Casablanca, que les élus viennent d’adopter (cf. édition du 19 octobre 2018). Comme chaque année, le plus gros est consacré à la masse salariale et aux dépenses de fonctionnement, soit plus de 1,3 milliard de DH (dont plus de 13 millions de DH rien que pour les activités du bureau!).

    Le reste doit être réparti entre les principaux postes budgétaires. Un montant de 357 millions de DH (soit 10% du budget) est ainsi alloué sous forme de dotations des 16 arrondissements. Le 3e poste budgétivore est celui de la consommation d’eau et d’électricité (éclairage public, bornes, fontaines…). Les sociétés de développement locales (SDL) absorberont, elles, un budget estimé à 134 millions de DH et le remboursement des dettes (dont celle contractée auprès de la Banque mondiale) plus de 274 millions de DH.

    Curieusement, rien ne filtre sur le budget consacré à la collecte des déchets, l’un des plus gros (plus de 700 millions de DH pour les années précédentes). La ville n’a pas encore tranché dans les appels d’offres relatifs à la collecte et à la gestion de la décharge de Médiouna. Un dossier qui traîne depuis plus d’un an, après l’éviction des anciens délégataires (Ecomed, Sita et Averda).

    «Il s’agit cette année du premier budget après le lancement du plan d’actions communal», tient à préciser Abdelaziz El Omari, président du conseil de la ville. Le budget 2019 consacre en outre un montant de 219 millions de DH au volet «urbanisme, logement et préservation de l’environnement».

    Au programme: l’aménagement de 15 hectares d’espaces verts, l’entretien des jardins publics … Un montant de 5 millions de DH sera dédié à l’aménagement et la réhabilitation des toilettes publiques souterraines et 3 millions de DH aux études pour le transfert du marché de Derb Ghallef, Derb Omar ou encore le marché de gros des céréales. Quelque 27,5 millions de DH seront alloués sous forme de subventions destinées aux associations et aux actions à caractère social, 9 millions aux associations sportives…

    Pour l’année prochaine, le maire table sur une augmentation des recettes de la ville de l’ordre de 27%, couplée à une rationalisation des ressources à hauteur de 5%. En 2017, les recettes ont enregistré une hausse de 10%, rappelle-t-il. Une tendance qui devrait se poursuivre cette année et l’année prochaine, selon ses pronostics.

    Parmi les mesures prises pour fructifier les revenus de la commune, figurent l’actualisation de la base de données relative à l’assiette fiscale, la régularisation de la situation des commerçants exerçant dans les marchés communaux (le marché de gros de fruits et légumes) … Le maire mise aussi sur le renforcement du système informatique afin d’améliorer le recouvrement des taxes locales.

    A ce jour, les créances à recouvrer sont estimées à plus de 6 milliards de DH, soit l’équivalent de 2 fois le budget annuel de la ville.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc