×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Commerce extérieur L’OCP en route vers un record

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5375 Le 19/10/2018 | Partager
    La tonne d’engrais (DAP) gagne plus de 43 dollars en trois mois
    L’énergie, l’alimentation et les produits finis dynamisent l’import
    Le déficit commercial se situe à 13,8% du PIB à fin septembre
    hausse_balance_commercial_075.jpg

    Les phosphates et dérivés confirment leur forme à l’export grâce à une spectaculaire remontée des cours des engrais phosphatés. En trois mois, la tonne a grimpé de plus de 43 dollars. Sur les trois trimestres, les exportations ont bondi de 16% à 38,2 milliards de DH par rapport à la même période de 2017.

    Cette croissance résulte pour l’essentiel de produits à valeur ajoutée, notamment les dérivés de la roche. Ces derniers représentent actuellement les 4/5 du chiffre d’affaires du groupe OCP à l’exportation.  L’embellie provient, surtout, de la hausse des cours enregistrée à l’international aussi bien pour la roche que les engrais phosphatés.

    Entre les mois de mars et septembre 2018, les prix des phosphates se sont appréciés de 3,1% à près de 88 dollars la tonne. Cependant, les cours des DAP se sont établis à 421,63 dollars la tonne à fin septembre dernier, avec une revalorisation de 43,6 dollars par rapport au mois de juin dernier.

    L’industrie automobile poursuit également sa trajectoire. Sur les 9 premiers mois, la valeur à l’export a bondi de 14,6% à 48,8 milliards de DH dont la moitié a été réalisée par la construction.  Avec l’agriculture et les phosphates et dérivés, les trois secteurs contribuent à hauteur de  71% à la croissance des exportations.

    Au total, les ventes à l’extérieur ont augmenté de 11%, soit 201,5 milliards de DH contre 181,6 milliards à fin septembre 2017. La hausse résulte du bon comportement de tous les secteurs. Néanmoins, le déficit s’est encore aggravé de 11,5 milliards de DH sous la pression des achats qui se sont renforcés de 31,4 milliards de DH.

    La hausse des importations de 9,7% (353,8 milliards de DH contre 322,4 milliards) est imputable à l’accroissement des acquisitions de la totalité des groupes de produits. En particulier, la facture énergétique qui s’est alourdie  d’environ 10 milliards de DH. Et tous les produits énergétiques ont enregistré de fortes hausses. A titre d’exemple, le gasoil et fuel se sont renchéris de 22% et le charbon de 40%.

    La tendance à la hausse a également touché les produits finis de consommation dont le montant global avoisine les 80 milliards de DH. Il en est de même des acquisitions des biens d’équipement (86 milliards de DH) dont une bonne partie est constituée de composants automobile et de parties d’avions. Cette rubrique totalise 86,8 milliards de DH.  A eux seuls, les 3 secteurs (énergie, biens d’équipement et produits finis de consommation) participent pour 74% à la hausse totale des importations.

    Résultat, le déficit de la balance commerciale s’est établi à 152,2 milliards de DH au lieu de 140,7 milliards à fin septembre 2017. Ce  qui représente les ¾ de la valeur totale des exportations, soit l’équivalent de 13,8% du PIB.

    Léger repli des recettes touristiques

    Excepté, les transferts des MRE dont les recettes se stabilisent autour de 49,76 milliards de DH, les autres flux financiers régressent. Les recettes touristiques se sont repliées de 1,1% (54,8 milliards de DH contre 55,4 milliards une année auparavant). Ceci, sous l’effet de la hausse des dépenses qui ont augmenté de 7,3%.  Du coup, la balance des voyages a accusé un recul de 3,8%.
     De leur côté, les IDE se sont repliés de 3,2% sur les 9 premiers mois. Le résultat s’explique par la hausse des dépenses (transferts des bénéfices, assistance technique...) qui ont augmenté de 2,5 milliards de DH contre 1,9 milliard pour les recettes.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc