×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5358 Le 26/09/2018 | Partager

    ■ Des canoéistes bloqués par un golf de Trump
    Une association de canoéistes de la région de Washington a déposé plainte jeudi afin d'accéder à une partie du fleuve Potomac qui borde un golf appartenant au président américain Donald Trump.
    La plainte de la «Canoe Cruisers Association of Greater Washington DC», déposée devant un tribunal du Maryland, vise le ministère de la Sécurité intérieure et les garde-côtes américains.
    Le Trump National Golf Club borde les rives du Potomac à Sterling, en Virginie, face à deux sites utilisés par l'association et de nombreux autres amateurs, situés dans le Maryland.
    Mais une bande de trois kilomètres, qui comprend les deux sites, est classée en «zone de sécurité permanente» depuis 2017 et fermée au public quand le président vient jouer au golf. Selon la plainte, ce classement «retire le droit du public à accéder et à profiter de cette section du fleuve» quand Donald Trump séjourne dans sa propriété. Soit plus de trente fois depuis son entrée en fonction en janvier 2017 et la plupart du temps en fin de semaine, quand le fleuve est le plus utilisé.

    ■ La Première ministre néo-zélandaise et son bébé, font sensation à l'ONU

    cari_insolites_058.jpg

     

    La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, devenue en juin la deuxième cheffe de gouvernement à avoir un bébé en étant au pouvoir, a défrayé la chronique lundi en amenant son bébé aux Nations unies, pour le plus grand bonheur des photographes.
    Mme Ardern, 38 ans, a amené sa fille de trois mois, Neve, avec elle à un sommet en l'honneur de Nelson Mandela qui réunissait lundi à l'ONU à New York les représentants de 130 pays, dans le cadre de l'Assemblée générale annuelle de l'institution.
    La Première ministre a laissé le bébé, tétine à la bouche, entre les mains de son partenaire, Clarke Gayford, le temps de prononcer son discours (elle était 67e dans l'ordre des intervenants). Avant de reprendre le bébé dans les bras et de l'embrasser, sous l'oeil attendri des autres délégués néo-zélandais.
    M. Gayford a tweeté le badge de l'ONU porté par la fillette, qui l'identifie simplement comme «New Zealand First Baby».
    Mme Ardern a fait de son bébé une part intégrante de son offensive de charme aux Etats-Unis, où sa maternité combinée à sa sensibilité de centre-gauche fait d'elle une personnalité dans l'air du temps du mouvement #MeToo. Interrogée à la télévision sur le programme phare «The Today Show» de la chaîne NBC, elle disait en riant que «cela avait semblé parfois aussi dur» de diriger un pays que de s'occuper d'un bébé de trois mois pendant un vol de 17 heures - le temps qu'il faut pour rallier New York depuis la Nouvelle-Zélande.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc