×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:5354 Le 20/09/2018 | Partager

    Mendiants: Gare aux arnaqueurs!

    mendiants_054.jpg

    L’affaire de l’arrestation de la mendiante quadragénaire arnaqueuse d’Agadir a provoqué la stupéfaction générale. Une longue opération de surveillance a en effet permis de démasquer cette personne, qui est en fait propriétaire d’une maison ainsi que d’un 4*4. Les réactions à vif de nos lecteurs… (cf. notre édition du 16/09/2018)

    ■ Une arrestation injustifiée
    Pourquoi «arnaqueuse»? Ce sont les habitants qui donnent délibérément de l’argent aux mendiants. La mendicité n’est pas une profession pour qu’on lui colle un code déontologique avec des conditions d’exercice. A quoi donc correspond cette arrestation? Et quid des gardiens de parking qui n’ont pas tous leur plaque? Si on veut nettoyer le paysage urbain, il faut le faire à tous les niveaux!
    Nadia

    ■ Un job qui peut rapporter gros!
    Au Maroc, et surtout à Casablanca,  faire la manche est devenu un job à part entière, qui peut rapporter jusqu’à 2000 DH par jour.
    Fletox

    ■ Un cas parmi tant d’autres
    Ce n’est qu’un cas parmi tant d’autres au Maroc. Une situation désastreuse qui traduit un véritable manque de suivi et de lutte contre ce phénomène.
    Printemps

                                                                                           

     

    Moteur made in Morocco: Un pari plus que douteux!

    cari_cl_054.jpg

     

    ■ Peu probable!
    Il est peu probable que ce premier moteur «marocain» ait été développé au Maroc. En effet, les constructeurs mondiaux, tels que PSA, conçoivent habituellement des plateformes standards (incluant moteur, transmission et châssis) pour leurs véhicules. Ainsi, celle utilisée pour les 206 montées au Maroc a donc été conçue, testée et produite bien avant que PSA ne se mette à produire ce type de véhicule à Kénitra.
    Rivaltz

    ■ On croit rêver
    Tout ceci n’est qu’une boutade! Si un moteur avait été inventé au Maroc, ça se saurait! La production a clairement eu lieu en France, qu’il s’agisse de la fonderie ou des machines utilisées pour le process. Pourquoi pas un TGV exclusivement marocain tant qu’on y est?!
    Aziz

                                                                                           

    Malnutrition: Plus nombreux que jamais

    Le nombre de Marocains sous-alimentés a sensiblement augmenté, passant de 1,2 million de personnes en 2017 à pas moins de 1,4 cette année. Un sombre tableau brossé par l’ONU, qui a scandalisé bon nombre de nos lecteurs. (cf. notre édition du 12/09/2018)

    ■ Un bilan déplorable
    Quelle honte et quel drame! Notre pays, pourtant musulman et pratiquant la Zakat, regorge de citoyens sous-alimentés… Le pire, c’est que parallèlement à cela, nous avons des parlementaires qui réclament toujours plus d’argent et de confort. Incroyable mais vrai!
    MMR

                                                                                           

    Et d’autres réactions

    ■ Marrakech: Un climat des affaires malsain
    Il y a un véritable travail à réaliser pour améliorer la Wilaya de Marrakech. L’intérêt personnel de certains bureaux y supplante en effet largement l’intérêt général. De plus, les investisseurs sont souvent victimes de responsables sans vergogne qui ne recherchent aucunement le bien public, mais le leur ou encore celui de leurs «amis». Il faut espérer un changement de mentalité à ce niveau. Néanmoins, le mal est si profondément ancré que les espoirs de changements demeurent faibles. Au final, les investisseurs regardent ailleurs, où le climat des affaires semble plus serein.
    Daniel

    ■ Fès: Un état de délabrement alarmant!
    J’habite à Fès et la situation est plus qu’alarmante. Il n’y a plus de trottoir dans la cité où j’habite. Ils ont été envahis par les cafés et les restaurants, et les collectivités locales ne font rien pour y remédier. Il faut absolument intervenir. Autre problème : l’insécurité. Avec les clochards, on ne peut sortir en sécurité,  même en plein jour.
    Aziza

    ■ Fès: Déclarons la guerre au narguilé!

    chicha_054.jpg

     

    Saisies de narguilé et nombreux coups de filet. Fès semble clairement déclarer la guerre aux cafés-chicha et c’est tant mieux! Tout ce qui est de nature à propager des maladies respiratoires et à ruiner des vies doit être vigoureusement combattu par les autorités. N’oublions pas que ces produits accentuent vivement les prédispositions aux maladies mentales. Un vice à combattre absolument!
    Nadia

    ■ Protection sociale: Prenons exemple sur les Tunisiens!
    Pour la réussite de l’opération de protection sociale menée par El Othmani, il est préférable de demeurer vigilant concernant le ciblage de la population concernée. Nous devons à tout prix mettre en place des lois claires pour consacrer un budget spécifique prenant la forme de subventions directes destinées à toutes les familles démunies. Objectif : permettre à ces dernières de bénéficier d’un minimum de revenu, ainsi que d’une couverture médicale. Une initiative qui a déjà été pratiquée à maintes reprises par nos voisins Tunisiens, et qui permettrait de rééquilibrer les importantes disparités sociales qui existent au sein de notre pays.
    Khalid

                                                                                           

    Des enfants sourds, sans profs!

    enfant_sourds_profs_054.jpg

     

    La grève des enseignants de l’Institut Mouna pour enfants sourds de Casablanca, centre spécialisé dirigé par l’Association marocaine pour enfants sourds (AMES), se poursuit. Ses professeurs, qui adaptent le programme scolaire aux besoins des jeunes en situation de handicap auditif, ne dispensent plus de cours depuis le 4 septembre. Les classes demeurent vides depuis cette date. Ces derniers n’ont, en effet, pas reçu leurs salaires au cours des cinq derniers mois. Ils accusent le ministère de la famille - principal contributeur en subventions du groupe – de négligence voire même de discrimination à l’égard des établissements de protection sociale (EPS) du pays. Une situation que les parents des enfants concernés contestent vivement  (Ph. Jarfi)

     

     

     

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc