Entreprises

Snep toujours en guerre contre le PVC américain

Par Franck FAGNON | Edition N°:5349 Le 13/09/2018 | Partager
L’entreprise va réclamer la reconduction des mesures antidumping
La décision du Commerce extérieur conditionnera en partie ses performances futures
Le résultat net du 1er semestre impacté par des éléments non récurrents
snep_pvc_049.jpg

Le redressement du chiffre d’affaires a coïncidé avec la mise en place de mesures antidumping contre les importations en provenance de l’Union européenne et du Mexique. Cette protection va durer encore trois ans. Pour l’heure, Snep va réclamer la reconduction de la protection contre le PVC américain qui arrive à échéance en décembre prochain

Depuis l’alerte sur les résultats le 29 août dernier, le titre Snep a décroché de 22%. Mercredi 12 septembre, il a effacé une partie des pertes (+6,38%) depuis cette annonce après la publication des états de synthèse. Comme indiqué auparavant, le résultat net a plongé de 46% à 30,7 millions de DH. Hors éléments non récurrents (reprise sur provisions et imputation des cotisations minimales 2014 et 2015), il aurait été en hausse de 4%.

La société a bouclé la première moitié de l’année sur de bonnes performances avec un chiffre d’affaires en hausse de 9% à 478 millions de DH. Le résultat d’exploitation s’est amélioré de 7,5% à 53 millions de DH.

L’industriel va introduire une requête pour la reconduite des mesures antidumping à l’encontre des importations du PVC en provenance des Etats-Unis. L’aboutissement de cette requête conditionnera en partie les performances de l’entreprise à l’avenir. La protection actuelle prendra fin le 26 décembre prochain. L’entreprise en a également une contre les importations de l’Union européenne et du Mexique.

L’effet du deuxième bouclier a été rapide sur l’activité puisqu’il a permis de redresser la trajectoire du chiffre d’affaires à partir de 2016. Il reste à convaincre le Commerce extérieur que la suppression du bouclier antidumping causera un préjudice à la production locale. L’entreprise doit aussi justifier des mesures mises en place pour améliorer sa compétitivité.

L’industriel va investir 430 millions de DH dans l’augmentation de sa capacité de production. Il va boucler la première phase d’investissement (130 millions de DH) qui consiste en l’extension des capacités de production de PVC à 90.000 tonnes et de soude à 65.000 tonnes. Le financement pour la deuxième phase d’une enveloppe de 300 millions de DH est en cours de négociation, indique le management.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc