×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Sebta: La traque au blanchiment d’argent s’intensifie

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5345 Le 06/09/2018 | Partager
    Les agences bancaires de la ville n’acceptent plus les grosses coupures
    La majorité des commerces les refusent ainsi systématiquement
    Mais craignent les conséquences sur le tourisme de shopping
    sebta-045.jpg

    La prohibition des billets de 100, 200 et 500 euros risque de porter un coup de froid sur les commerces de la ville de Sebta (Ph. Adam)

    Si vous partez pour une virée shopping du côté de Sebta, évitez les billets de 500 euros. Ceux de 200 et de 100 euros sont également à proscrire, de préférence. La plupart des commerces ont commencé depuis quelques semaines à refuser les grosses coupures dans les enclaves de Sebta et Melilia.

    La raison? Le refus depuis juillet dernier des agences bancaires installées à Sebta d’accepter ces billets, selon la presse espagnole. Même si aucune information officielle ne vient expliquer les raisons de cette démarche, tout porte à croire, selon certains médias ibériques, que cela concerne la lutte contre le blanchiment d’argent.

    La mesure n’est pas du tout au goût des commerçants de ces deux villes, qui ont d’ores et déjà commencé à se mobiliser pour lutter contre cette mesure qu’ils estiment discriminatoire. D’autant plus que de telles limitations n’existant pas dans les autres villes espagnoles.

    Pour les commerçants, cela implique un refus de vente à de nombreux clients, dont une grande majorité de Marocains en voyage shopping dans les villes de Sebta et Melilia, avec un manque à gagner conséquent.

    Pour les opérateurs espagnols installés à Sebta, le recours aux grosses coupures et à l’argent cash en général est une nécessité, vu les échanges informels qu’elle connaît, surtout avec le Maroc. «S’il est vrai que le blanchiment d’argent y est très présent, il n’en demeure pas moins que de nombreux commerçants y exercent de manière légale, et en toute transparence, dans le respect des lois», affirme un de leurs représentants.

    Lors de la période estivale, la ville de Sebta connaît une forte activité commerciale. Une bonne partie des touristes nationaux en visite au Nord profitent de l’occasion pour faire leurs emplettes dans le préside occupé, pour le plus grand plaisir des opérateurs de la ville. Ces derniers sont devenus de fait les meilleurs ambassadeurs du tourisme de shopping, dont les Marocains sont les principaux usagers.

    A maintes reprises, les commerçants espagnols installés à Sebta ont appelé à alléger les formalités dans la frontière pour permettre au plus grand nombre de traverser, et ainsi augmenter leurs chiffres d’affaires.

    De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc