Régions

Fès: L’appel de détresse des femmes du «moukef»

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5343 Le 04/09/2018 | Partager
Conditions de travail et revenus précaires
Entre 100 et 200 DH/la journée…
Elles souhaitent bénéficier de l’INDH
femmes-moukef-043.jpg

Le « moukef » de Fès réunit chaque jour une soixantaine de femmes offrant leurs services dans le domaine du ménage. En cette période de crise, la plupart d’entre elles chôment. Certaines s’adonnent à la mendicité, voire à la prostitution, pour subvenir aux besoins de leurs familles (Les visages ont été modifiés - ph. YSA)

Avec la redéfinition des priorités sociales, l’instauration du registre social unifié, la préparation d’un nouveau modèle de développement et le lancement imminent de la nouvelle version de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH 3), les populations vulnérables retrouvent de l’espoir. Pour elles, ces programmes sont appelés à passer à la vitesse supérieure et se hisser au niveau des attentes populaires.

Parmi les personnes précaires qui aspirent à une amélioration de leur quotidien, figurent les femmes du «moukef». En quête d’un travail journalier, ces travailleuses observent une planque quotidienne à proximité du marché central à Fès. Elles sont une soixantaine à proposer leurs services, entre 100 et 200 DH/la journée.

En cette période de crise, la plupart d’entre elles chôment. Enfin de journée, elles s’adonnent à la mendicité et autres activités, pour nourrir leurs proches, selon une étude de l’association «Initiatives pour la protection des droits des femmes» (IPDF). L’Economiste décrit l’attente «difficile» d’une embauche à la journée, en attendant un avenir meilleur.

■ Une activité informelle et à haut risque
En effet, le «moukef» est un mot qui désigne l’attente debout d’une embauche à la journée. Il s’agit souvent de femmes de ménage, mais aussi de plombiers, électriciens… C’est une activité informelle et non réglementée. A Fès, elles dénoncent des conditions de travail difficiles. Elles sont exposées à des violences de tout genre. Et, vu la précarité de leur emploi, une grande majorité d’entre elles recourent à la prostitution pour subvenir aux besoins de leurs familles. C’est ce qu’avait révélé, en 2010, une étude initiée par l’association «Initiatives pour la protection des droits des femmes» (IPDF), l’ambassade des Pays-Bas et le centre multifonctionnel Batha. Huit ans plus tard, la situation n’a pas trop changé. «Personne ne s’intéresse à nous… nous faisons tout pour subsister», disent-elles. Selon l’étude IPDF, la majorité sont mariées (43%), les divorcées et veuves arrivent en second et troisième rangs, avec des taux respectifs de 29 et 26% du total. Les célibataires constituent une petite minorité avec 2% des enquêtées. Aussi, elles sont majoritairement adultes avec une dominance de la catégorie d’âge des 35-44 ans (48%), suivie des 45-54 ans, avec 26% du total.
L’enquête montre également que 82% ont au moins un enfant, 51% en ont 3 et plus, alors que près de 20% d’entre elles ont 5 enfants et plus. Ce sont donc des femmes qui ont de lourdes charges familiales. L’étude révèle aussi qu’elles sont exposées à des accidents de travail de gravités différentes (fractures, douleurs de dos, inflammation de la peau, etc.), ainsi qu’à une violence physique et morale.

femmes-moukef-2-043.jpg

(Les visages ont été modifiés - ph. YSA)

■ Améliorer la qualité de l’intervention du programme INDH Fès
L’étude aspirait à une amélioration de la compréhension du moukef féminin afin de pouvoir agir auprès de cette population cible. «Ce projet a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la qualité de l’intervention du programme INDH Fès en matière de lutte contre la pauvreté, par l’autonomisation des femmes», expliquaient les responsables de l’IPDF. Pour eux, il s’agissait d’une identification des champs d’intervention prioritaires et l’élaboration d’un plan d’action commun lors d’ateliers inter-associatifs, la sensibilisation et la mobilisation communautaire autour de la question à travers l’implication des médias. Ce travail visait à disposer d’une identification des caractéristiques socioculturelles et professionnelles des enquêtées, d’une meilleure connaissance du marché du moukef et des métiers que celui-ci permet d’exercer, et à sonder les représentations globales sur la problématique étudiée. Mais, rien n’y fait.
Fès compte 3 moukefs. Le plus célèbre est celui situé au centre de la ville nouvelle, à côté du marché central. Celui-ci réunit chaque jour une soixantaine de femmes offrant leurs services dans le domaine du ménage. Deux autres petits «moukefs», spécialisés dans les activités agricoles, se trouvent à Aouinate El Hajjaj et à Ben Debbab.
Une quarantaine de femmes s’y rendent quotidiennement. Mais faute de travail, elles rentrent chez elles les mains vides. D’où la nécessité d’un accompagnement social et des actions spécifiques à même de contribuer à la réduction de leur état de précarité.

■ Un ex-wali de Fès à la tête de l’INDH redonne l’espoir
Avec la nomination de Mohammed Dardouri, à la tête de la Coordination nationale de l’INDH, les femmes du moukef et autres populations vulnérables retrouvent de l’espoir. Car, l’ex-wali de Fès connaît bien la situation de la région qu’il a gouvernée entre 2012 et 2015, et la précarité de sa population. Cet ingénieur des Travaux publics, décoré en 1998 du Ouissam du Mérite national de la Classe exceptionnelle, et en 2007 du Ouissam du Trône de l’Ordre de chevalier, a présidé aux destinées de plusieurs circonscriptions. Il est conscient des dysfonctionnements sociaux et de la tâche qui lui incombe pour rationaliser les fonds de l’INDH, lutter contre l’exclusion et la pauvreté et hisser le niveau de vie des populations précaires. Il s’appuiera dans sa stratégie sur les directives du Souverain. «Il est insensé que plus de cent programmes de soutien et de protection sociale, de différents formats et se voyant affecter des dizaines de milliards de DH, soient éparpillés entre plusieurs départements ministériels, et de multiples intervenants publics», a noté le Roi dans le dernier discours du Trône.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc