×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La BID convoite les biens Waqf au Maroc

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5340 Le 30/08/2018 | Partager
    La Banque propose le financement de leur valorisation via son fonds APIF
    Sa contribution peut atteindre 75% du coût du projet

    La Banque islamique de développement (BID) s’intéresse aux biens waqf gérés par le ministère des Habous. Elle affiche son intérêt pour contribuer au financement de leur valorisation, à travers son Fonds d’investissement en propriété Awqaf (APIF).

    Les détails de son offre de financement ont été présentés lors d’un atelier organisé dernièrement à Rabat. «Il s’agit d’une campagne d’information sur les opportunités et les avantages offerts à ceux qui bénéficieront des financements de notre fonds», a précisé un expert de l’APIF. «Il est aussi question de préparer le terrain pour développer d’éventuels partenariats avec des acteurs marocains, publics et privés», a-t-il ajouté.

    Le timing est bien choisi, puisqu’une stratégie nationale visant notamment la modernisation des méthodes de gestion des Habous est en préparation par le département de tutelle.

    Créé en 2001, ce fonds a pour mission de contribuer à la redynamisation du waqf dans les pays musulmans, en vue d’en accroître la rentabilité. «Cela favoriserait le lancement d’œuvres sociales et caritatives financées par les revenus de ces biens revalorisés». Il s’agirait donc d’une sorte de redistribution sociale. Durant le débat organisé dans le cadre de l’atelier de la BID, l’accent a été justement mis sur les maigres revenus dégagés par une partie des biens Habous.

    «En respectant les principes de la Chariaa, notre offre de financement vise les biens immobiliers à caractère commercial et résidentiel», a précisé l’expert. La contribution du fonds peut aller jusqu’à 15 millions de dollars, mais avec un minimum de 5 millions de dollars.

    Pour les petits projets, on préfère l’ouverture d’une ligne de crédit permettant leur refinancement via des banques partenaires locales. Pour les projets de construction, le fonds pourra financer le montant global de l’investissement, sans dépasser bien entendu les 15 millions de dollars. Il existe également la possibilité de financer l’acquisition de bâtiments avec une contribution allant à 75% du prix. Le reliquat doit être mobilisé par le wakf ou ceux qui le supportent (wakif: les donateurs).

    En ce qui concerne la durée du prêt, elle ne devrait pas dépasser 15 ans. L’expert de la BID tient à rappeler que les modes de financement du fonds sont compatibles avec la Chariaa islamique, avec des produits comme ijara, musharaka, murabaha…
    Depuis sa création, le fonds a contribué au financement d’une soixantaine de projets dans 30 pays, dont certains en dehors de pays islamiques. Mais jusqu’à présent, il n’a pu financer aucun projet dans le Maghreb, y compris au Maroc.

    Revenus du patrimoine Habous

    Le patrimoine Habous est constitué de propriétés urbaines, principalement d’immeubles à revenus, et de propriétés agricoles constituées en waqf. Les revenus obtenus de l’exploitation de ces biens au niveau urbain ont avoisiné 336 millions de DH en 2016. Alors que les résultats agricoles nets réalisés au titre de la saison 2015/2016 ont atteint près de 87 millions de DH, dont 65% provenant des baux agricoles, et le reste de la vente de récoltes et de bois.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc