×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:5339 Le 29/08/2018 | Partager

    • L’OMS évalue le système de santé en Afrique
    Les populations africaines ont encore accès à une gamme très limitée de services. Les adolescents et les personnes âgées sont particulièrement laissés pour compte… Lors d’une récente réunion au Sénégal, l’OMS a critiqué le système de santé en Afrique qui ne fonctionne, selon elle, qu’à la «moitié de sa pleine capacité». Et ce au moment où le continent est toujours confronté à Ebola et au choléra, mais aussi à un nombre inquiétant de cas de diabète ou de cancer. Des ministres de la Santé, hauts fonctionnaires et membres de la société civile de 47 pays africains ont entamé, lundi 27 août 2018, les travaux de la 68e session du comité régional de l’OMS pour l’Afrique, qui doivent s’achever vendredi 31 août.

    • France: Les prévisions de déficit public
    Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a reconnu que la France ne tiendrait pas son objectif de 2,3% de déficit public en 2018. Il a évoqué un chiffre proche de 2,6% du Produit intérieur brut, identique à celui de 2017. Assistant à une rencontre organisée par l’Association des journalistes économiques et financiers (Ajef), Bruno Le Maire a attribué cette révision à la croissance plus faible que prévu et à la reprise de la dette de SNCF Réseau. De son côté, le nouveau président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a appelé le gouvernement à poursuivre ses efforts pour réduire la dépense publique. Tout en mettant en garde contre une baisse des ambitions budgétaires.

    • Rejet de l’avortement: Grogne des Argentins
    Si l’avortement a été légalisé sous conditions en Algérie, le mouvement prend de l’ampleur en Argentine. Depuis le rejet par le Sénat du droit à l’avortement au pays du pape François, de plus en plus de personnes renoncent à leur baptême pour protester contre le poids de cette institution dans le débat public. Le 9 août 2018, le Sénat a rejeté le projet de loi, après son adoption en juin par la Chambre des députés. Il ne manquait plus que l’aval du Sénat et l’Argentine allait se convertir en 3e pays d’Amérique latine à autoriser l’IVG, après Cuba (1965) et l’Uruguay (2012).
    D’après les estimations, 500.000 avortements sont pratiqués chaque année en Argentine, dans des cliniques privées ou dans des conditions d’hygiène très précaires en fonction de la situation économique.

    • La hausse du CO2 réduit la qualité nutritionnelle
    L’augmentation du CO2 dans l’atmosphère d’ici à 2050 va réduire les qualités nutritives de nombreuses cultures, avertit une étude publiée dans Nature Climate Change. Selon les chercheurs de l’université de Harvard qui se sont penchés sur 225 aliments différents, la hausse de la concentration de CO2 dans l’atmosphère (qui pourrait atteindre 550 parties par million (ppm) aux alentours de 2050 contre 405 ppm en 2017) «devrait réduire de 3 à 17% la teneur en fer, en protéines et en zinc de nombreuses cultures de base».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc