×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Une version modernisée de l’Aléna

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5339 Le 29/08/2018 | Partager
    Un accord commercial entre les Etats-Unis et le Mexique
    Les deux pays espèrent que le Canada se joigne à eux
    alena_039.jpg

    Après de longues semaines de négociations, les Etats-Unis et le Mexique ont annoncé, lundi 27 août 2018, un accord commercial qui a réjoui les marchés américains et européens. La Bourse de New York a salué l’accord, tout comme le peso et le dollar canadien.

    Les deux pays espèrent à présent que le Canada se joigne à eux pour donner naissance à l’accord de libre-échange nord-américain Aléna version 2.0. D’ailleurs, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, était attendue, mardi 28 août, à Washington pour discuter avec les autorités américaines. Voici les principales dispositions de l’accord bilatéral USA/Mexique:

    ■ Priorité à l’automobile: La révision de l’accord a porté notamment sur la question de la règle d’origine pour le secteur automobile. Les deux pays ont conclu des discussions substantielles sur ce point. Les nouvelles règles encouragent le secteur manufacturier américain en exigeant que 75% du contenu des automobiles soit issu des Etats-Unis et du Mexique. Auparavant, le contenu nord-américain devait porter sur 62,5% des composants automobiles. L’accord requiert en outre que 40% à 45% du contenu d’une automobile soit produit par des travailleurs gagnant au moins 16 dollars de l’heure. Cette règle s’assure que les producteurs et travailleurs des Etats-Unis sont capables de jouer à armes égales, indiquent les services du Représentant américain au commerce (USTR) cités par l’agence AFP. Elle encourage aussi les investissements pour la production de nouveaux véhicules et de pièces détachées aux Etats-Unis. Ces nouvelles dispositions vont contribuer à s’assurer que seulement les producteurs utilisant suffisamment de composants américains et mexicains pourront bénéficier de tarifs douaniers préférentiels.

    ■ Habillement et textile: Le volet textile de l’accord fait également la promotion d’un plus grand usage du Made-in-USA au niveau des fibres, des fils et des tissus. L’utilisation de matériaux dans l’habillement ou le textile qui ne sont pas issus de la région de l’Aléna est limitée par rapport à l’ancien accord.

    ■ Fromages, alcools et spiritueux…: Les deux pays s’engagent à ne pas utiliser de subventions à l’exportation ni protection de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour se vendre mutuellement des produits. Le respect des indications géographiques protégées est modifié. De nouvelles possibilités sont ajoutées pour déterminer si le nom d’un produit n’est qu’un nom commun et pas une appellation d’origine. Le Mexique ne peut notamment restreindre l’accès sans droits de douane à son marché aux fromages américains «qui portent certains noms». Les échanges d’alcools et spiritueux seront aussi libres de droits. Le Mexique reconnaissant les appellations du Bourbon Whiskey notamment tandis que les Etats-Unis reconnaissent la Tequila et le Mezcal comme des produits spécifiquement mexicains.

    ■ Propriété intellectuelle: L’accord renforce la protection des droits de propriété intellectuelle. Il exige ainsi que les autorités saisissent les produits suspectés d’être piratés ou contrefaits et qu’elles se dotent de procédures de poursuites criminelles significatives.

    ■ Clause de renégociation: Les Etats-Unis ont renoncé à une disposition controversée qui suscitait l’opposition du Mexique et surtout du Canada. Il s’agit de la clause crépusculaire qui impliquait une renégociation de l’accord après cinq ans. Au lieu de cela, de hauts responsables américains ont indiqué que l’accord serait signé pour 16 ans, avec la possibilité de le réexaminer tous les six ans. Si les parties acceptent de continuer sans aucun changement, le pacte est reconduit pour une nouvelle période de 16 ans. Si l’un des gouvernements veut le modifier, la période de négociation est plus longue puisqu’elle court jusqu’à la fin du contrat initial.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc