×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Crédit immobilier: Les taux restent attractifs pour l’achat

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5333 Le 10/08/2018 | Partager
    Plus de 145 milliards de DH accordés à un taux compris entre 4 et 6%
    En quatre ans, leur part dans l’encours global a augmenté de 17 points à 70%
    credit_immobilier_033.jpg

    Le taux moyen appliqué au crédit à l’habitat s’est maintenu en dessous de 5% en 2017. Néanmoins, la production a reculé de 2% à 28 milliards de DH. A fin 2017, 70% de l’encours du crédit à l’habitat a été souscrit à un taux compris entre 4 et 6%

    Le taux d’intérêt moyen appliqué au crédit à l’habitat s’est maintenu en dessous de 5% l’année dernière, plus exactement à 4,81%. En quatre ans, le coût du crédit a baissé de 65 points de base. Cependant, la production a diminué de 2% à 28 milliards de DH.

    Les conditions de financement restent très attractives pour financer un bien. La baisse des taux de référence et le ralentissement de la demande de crédit des entreprises ont poussé les banques à être plus agressives sur le crédit à l’habitat. Dans le même temps, le prêt immobilier est l’un des meilleurs leviers pour acquérir un client et le garder longtemps. La banque a du temps pour construire une relation solide.

    L’agressivité commerciale des banques et la maturité des clients ont en moins de cinq ans changé la structure de l’encours du crédit à l’habitat selon le taux appliqué. La part des crédits assortis d’un taux entre 6 et 8% a baissé de 16 points en quatre ans à 22%.

    Plus de 145 milliards de DH de prêts immobiliers ont été accordés à un taux compris entre 4 et 6%. Cela représente 70% de l’encours. Le poids des crédits à l’habitat soumis à un taux inférieur à 4% est resté relativement stable autour de 6% sur les quatre dernières années. La détente des taux immobiliers s’est accompagnée d’un allongement de la maturité des prêts.

    Le poids des crédits d’une durée supérieure à 20 ans a augmenté de 15 points en quatre ans à 57%. Il a baissé de 6 points à 36% pour les prêts d’une maturité comprise entre 10 et 20 ans.

    La détente des taux immobiliers et l’allongement de la durée du prêt rendent moins lourde la traite. Par contre, le coût global est plus élevé à mesure que la durée du prêt s’allonge. En tout cas, cette combinaison participe à un meilleur remboursement du crédit.

    Le taux d’impayés s’est stabilisé autour de 6% depuis 2013. Celui-ci est quatre points plus élevé pour le crédit à la consommation. Ceci dit, le risque de perte de l’appartement ou de la maison lorsque les impayés s’accumulent explique pour une partie l’assiduité dans le remboursement du crédit immobilier.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc