×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Le festival de Volubilis gagne le cœur de Meknès

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5329 Le 06/08/2018 | Partager
    La 19e édition se déroule pour la première fois dans la cité ismaélienne
    Un moyen de préserver et de valoriser ces vestiges antiques
    Troupes Itimaten d’Agadir, Aissawa de Fès, Samira Al Qadiri… Une programmation musicale authentique et hétéroclite
    festival-de-volubilis-meknes-029.jpg

    C’est la ville de Meknès qui abritera cette année le festival de Volubilis, les vibrations produites par le volume trop élevé de la musique occasionnant des effets néfastes sur les vestiges de la ville antique. L’évènement affiche néanmoins une programmation qui n’a rien perdu de sa superbe, avec des troupes de musique populaire provenant des quatre coins du Royaume dont notamment des troupes Aissawa de Fès (Ph. L’Economiste)

    Du flamenco, du fado et de la danse africaine mais cette fois-ci sans les ruines de monuments historiques comme décor. Cette année, la 19e édition du Festival international de Volubilis des musiques traditionnelles du monde, prévue jusqu’au 7 août, déroge à la règle et se tiendra à Meknès.

    Un programme qui donnera néanmoins à écouter une pléthore d’artistes nationaux et internationaux mais également à voir et à ressentir avec une expo collective inédite, le charme des vestiges ancestraux en moins.

    Organisé par le ministère de la Culture, l’évènement aura en effet lieu cette année en plein cœur de la cité ismaélienne pour éviter les effets néfastes des décibels sur les restes de constructions qui datent de l’époque romaine. Un moyen de contribuer à valoriser les sites et monuments historiques du Maroc tout en les préservant.

    Côté programmation, la manifestation accueillera pas moins d’une vingtaine de troupes musicales venues des quatre coins de la planète pour se produire sur la scène de la cité ismaélienne. Des rythmes et des chants  représentant les musiques populaires d’Afrique, d’Europe ou encore d’Amérique latine. Se produiront entre autres les groupes Hermanos Tuna du Chili, Moreno fiesta d’Espagne, Piel Canela de France ou encore Dito du Brésil.

    La musique traditionnelle marocaine sera également mise à l’honneur. Objectif: valoriser les airs de différentes régions du royaume. Ainsi, la place Lahdim et le centre culturel Mohamed Al Manouni vibreront au son des troupes Itimaten d’Agadir ou encore Aissawa de Fès.

    Des artistes de renom seront aussi de la partie, parmi lesquels Oussama Fadil ou encore Samira Al Qadiri. L’art plastique ne sera pas non plus en reste durant le festival. Ainsi, une importante exposition est prévue durant toute sa durée.

    Les amateurs pourront ainsi contempler les œuvres de pas moins d’une quinzaine d’artistes marocains et tunisiens de styles variés et de générations différentes. Des créations tentant d’exprimer la spiritualité de la ville antique, qui était à l’origine berbère avant d’être par la suite romanisée.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc