×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Incendies de forêt : La vigilance au niveau maximal

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5324 Le 27/07/2018 | Partager
    Les semaines à venir à haut risque de propagation des feux
    78 incendies enregistrés depuis janvier
    incendit-de-foret.jpg
     

    Avec la canicule et la sécheresse des végétations, l’été est propice aux incendies. Cette année, la situation arrêtée fait apparaître une baisse de l’ordre de 60% et des superficies touchées de 55% par rapport à la même période de l’année dernière. De janvier au 25 juillet, 78 départs de feu ont été enregistrés au niveau national, sur une superficie de 111 hectares de formations arborées. Selon le Haut commissariat aux eaux et forêts, 82% de cette superficie est constituée essentiellement d’essences secondaires et de formations herbacées. En tout cas, dans le palmarès, des superficies incendiées, c’est la région de Rabat-Salé qui arrive en tête avec 15 départs de feu et une superficie de 49 hectares. Elle est suivie de la région du Nord-Est (Taounate, Al Hoceïma, Guercif et Taza) avec 12 départs de feu sur 12,7 ha.

    Actuellement, le dispositif estival de veille et d’intervention est à son niveau maximal de mobilisation. Le Haut commissariat aux eaux et forêts saisit cette opportunité pour lancer un appel à la vigilance aux citoyens et à tous les utilisateurs des espaces forestiers dont notamment les campings, les apiculteurs, les éleveurs, les ouvriers… Le but est d’éviter l’utilisation du feu durant cette période et d’alerter les autorités de toute fumée ou départ de feu ou tout indice pouvant occasionner un incendie.  Surtout que les périodes à haut risque de propagation des feux sont celles des journées et des semaines à venir. 

    Ce département n’a pas attendu l’été pour attirer l’attention sur ces risques. En effet, début mai dernier, il avait déjà organisé une rencontre à Tanger pour présenter le plan d’action de 2018 qui s’articule autour de trois axes. Le premier concerne le renforcement de la prévention à travers la sensibilisation et la réalisation des travaux d’équipement et de traitement des forêts. En tête des actions à mener, la prise de conscience du grand public aux risques et impacts des incendies via les supports médiatiques. Les chiffres le montrent: 99%  des départs de feux sont d’origine humaine, soit par imprudence ou par inattention. Le deuxième axe porte sur la cartographie de prévision du risque, l’alerte précoce par la mise en place d’un réseau de guetteurs et de patrouilles au niveau des zones sensibles, le pré-positionnement des équipes des premières interventions. Dernier axe, la détection à temps, ainsi que la mise en œuvre du dispositif d’intervention terrestre et aérienne contre les feux de forêts.
    Le dispositif de prévention montre l’importance de construire des pistes forestières pour faciliter la mobilité au sein des forêts, l’aménagement de points d’eau pour maîtriser les départs de feux, en plus de la mise en place du système informatique pour mesurer le risque quotidien menaçant chaque forêt.

    Intervention à 4 niveaux 

    LA stratégie d’intervention est basée sur un système gradué à 4 niveaux dont le premier repose sur une gestion rapide, avec une prise en charge du départ de feux par les services du Haut-commissariat aux eaux et forêts. Cela se fait via des Véhicules de premières interventions (VPI) et les éléments de la Protection civile. En cas de besoin, le 2e niveau est renforcé par les canadairs d’une capacité de 6 tonnes des FAR et par l’activation au sol des éléments des équipes des Forces auxiliaires. Ce dispositif est déterminant dans la lutte en ce sens que les canadairs ont un cycle de retour sur le feu de 15 à 20 mn, une autonomie de vol de 2h30 et une précision forte. Si la situation s’aggrave, on passe à la mobilisation des FAR et des avions de la Gendarmerie royale pour circonscrire le feu, protéger les populations, les biens et les équipements sensibles. Le quatrième niveau correspond au recours à la coopération internationale.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc