×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    «Trop de lenteur dans les décisions»

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5319 Le 20/07/2018 | Partager
    Accélérer l’AMO des indépendants et celle des retraites, un impératif
    14 organisations professionnelles et plus de 5 millions de membres concernés
    hassan-elmandjra.jpg

    L'objectif de Hassan Elmandjra Saadi est «d'être unis pour négocier avec le gouvernement les modalités d’application de la loi pour la couverture médicale et la retraite».

    - L’Economiste: Vous êtes un des fondateurs de l’Union nationale des professions libérales qui souhaite fédérer les professionnels pour parler d’une seule voie. Pourquoi maintenant?
    - Hassan Elmandjra Saadi:
    L’Union a été créée en 2007 et malheureusement a été mise en sommeil pendant presque 4 ans en raison du décès d’autres membres fondateurs. Cela ne veut pas dire que cette instance n’a pas travaillé. C’est justement grâce à son militantisme que les lois pour la couverture maladie et retraite ont pu voir le jour. Aujourd’hui, il devenait nécessaire de réveiller cette Union qui comprend 14 organisations professionnelles et plus de 5 millions de membres, car nous avons besoin de parler d’une même voix face aux problèmes et crises que nous traversons. Etre unis pour négocier avec le gouvernement les modalités d’application de la loi pour la couverture médicale et retraite. De même, c’est à travers l’Union que nous pourrons faire du lobbying pour revoir le statut des professions libérales et surtout de sa fiscalité.

    - Justement, on a l’impression que vous êtes contre l’imposition des professions libérales et les procédures de contrôle?
    - Tout d’abord, nous ne sommes pas contre un contrôle. Nous exerçons une profession libérale qui fournit des services sociaux au citoyen et nous sommes taxés comme des commerçants sans bénéficier des avantages consentis à ces derniers. A titre d’exemple, la TVA que nous payons et que nous n’avons aucun moyen de récupérer. Et puis, il y a beaucoup de fausses images qui circulent concernant ces professions. Vous savez, les revenus pour un médecin, un architecte, un avocat ou autre profession ne sont pas aussi garantis ni équilibrés…
     
    - Revenons au sujet de la couverture santé et retraite et dont la mise en œuvre a été confiée à la CNSS. Où en sont les discussions?
    - Sur le texte, cette couverture médicale devra être mise en œuvre de manière progressive et participative, en associant l’ensemble des autres instances professionnelles et ce, pour identifier les seuils de cotisations. La loi instaure l’obligation d’un échange de données entre la CNSS et les Ordres professionnels, les associations, les syndicats, les Chambres de Commerce, de la pêche, les coopératives ainsi qu’avec toute  structure d’encadrement ou de contrôle des secteurs d’activité dont relèvent les travailleurs indépendants. A ce rythme, cela pourrait prendre 10 ans avant que les libéraux ne puissent bénéficier de cette couverture. C’est pour cela que l’Union pourrait être une solution pour accélérer la mise en œuvre car nous avons des problèmes et des aspirations communes.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc