×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
International

Sommet de l'Otan: Les dépenses militaires au menu

Par Majda Kenfaoui - Fatim-Zahra TOHRY - | Edition N°:5312 Le 11/07/2018
Partager
Un dispositif de sécurité exceptionnel

Environ 2.400 policiers et 1.000 militaires belges seront mobilisés pour le sommet de l'Otan les 11 et 12 juillet à Bruxelles. Une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus dans la capitale belge à l'occasion de ce sommet, dont le président américain Donald Trump. L'UE et l'Otan devaient signer mardi 10 juillet à Bruxelles une nouvelle déclaration commune sur leur coopération. A la veille du sommet, le président du Conseil européen Donald Tusk a exhorté le locataire de la Maison-Blanche à mieux considérer ses alliés. Le président américain devrait répéter aux Européens son exigence d'une augmentation de leurs dépenses de défense. «Les Etats-Unis dépensent beaucoup plus que tout autre pays pour protéger», a-t-il tweeté avant son départ pour l'Europe. «Le partage du fardeau n'est pas équitable», a reconnu pour sa part le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg lors de la présentation du sommet à la presse. «Je ne serais pas surpris que les dépenses de défense donnent lieu à une discussion vigoureuse entre les alliés», a-t-il prédit.
Les 29 membres de l'Otan se sont engagés à consacrer 2% de leur PIB à leurs dépenses pour la Défense en 2024. Quatre sont déjà à ce niveau (Etats-Unis, Royaume-Uni, Grèce et Estonie) et quatre autres (Lituanie, Lettonie, Pologne et Roumanie) le seront pour la fin de l'année, a assuré Jens Stoltenberg. La France s'est engagée à atteindre cet objectif en 2025. Elle est à 1,81% en 2018. Mais quinze pays, dont l'Allemagne, sont encore sous la barre de 1,4% de leur PIB. Berlin est la cible des critiques de Donald Trump qui a adressé une lettre à la chancelière Angela Merkel pour la rappeler à l'ordre.

Tête-à-tête Trump-Poutine

Après sa participation au sommet, Trump effectuera ensuite une visite au Royaume-Uni, où il doit en particulier rencontrer la reine Elizabeth II. Il rejoindra ensuite Helsinki le 15 juillet au soir pour retrouver le président russe Vladimir Poutine le lendemain pour un tête-à-tête très attendu.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc