Régions

Stationnement: Les Casablancais boudent-ils les parkings en ouvrage?

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5309 Le 06/07/2018 | Partager
Au centre-ville, le parking de la place Mohammed V est déserté
Juste à côté, l’anarchie regagne du terrain
stationnement-casa-1-009.jpg

Des dizaines de voitures continuent d’occuper la chaussée et les trottoirs, alors qu’un parking en ouvrage de 160 places, situé à quelques mètres, est pratiquement désert tout au long de la journée! (Ph. Khalifa)

Les mauvaises habitudes ont la peau dure. Malgré le lancement depuis quelques semaines d’un parking souterrain flambant neuf sur la place Mohammed V (en dessous de la fontaine), automobilistes et gardiens font de la résistance. Des dizaines de voitures continuent de stationner sur la chaussée, les trottoirs, en bloquant la voie publique au vu et au su de tous.

Même l’accès au parking est parfois entravé en période de pointe. De surcroît, pour arriver sur la place, ces véhicules enfreignent visiblement la loi, puisqu’il faut passer par des rues au sens interdit! Des connivences avec les gardiens permettent visiblement de maintenir ce statu quo.

Pourtant, l’ouvrage (de 160 places) est situé juste en face de la wilaya, du tribunal et du siège de la commune urbaine. Elus, fonctionnaires, avocats, magistrats et citoyens lambda le désertent et contribuent à l’engorgement de la circulation au niveau du centre-ville. Une simple tournée sur place permet de constater que l’ouvrage est très peu fréquenté et des véhicules en bloquent parfois le passage. S’y ajoute un problème de signalétique qui le rend peu visible pour les usagers.

Cependant, il s’agit d’un investissement non négligeable débloqué dans le cadre du plan de développement du Grand Casablanca  (140 millions de DH dont  l’aménagement de la place, la nouvelle fontaine et le parking souterrain).

L’objectif est de disposer à terme d’un millier de places de parking à l’ouverture du Grand Théâtre (qui sera bientôt livré). D’ailleurs, à quelques dizaines de mètres, un autre parking sur la place Nevada (bd Rachidi) ouvrira bientôt ses portes. Ce dernier, beaucoup plus grand (720 places), risque de connaître le même sort que son prédécesseur.

parking-casa-009.jpg

Jugé chers, les tarifs (5 DH/h) sont pourtant compétitifs en comparaison avec d’autres parkings en ouvrage comme celui de Casa-port (6 DH/h) ou de la Marina (6 DH/h). Il en est de même dans d’autres villes comme Tanger ou Rabat où le stationnement est facturé 6 DH/h pour des ouvrages similaires. Même le stationnement en zone horodateurs est moins cher dans la capitale économique (2 DH/h). Les Tangerois, eux, paient 3,50 DH/h et les Rbatis 3 DH/h pour la même prestation.

«Ce tarif de 5 DH/h est pratiqué dans le but de favoriser la rotation et faire profiter le maximum de personnes», explique une source auprès de Casadev, SDL qui gère le stationnement pour le compte de la commune urbaine de Casablanca (CUC). Une part de ses recettes est transférée chaque année à la CUC. 

L’aménagement de parkings en ouvrage nécessite des investissements conséquents, que la ville, à elle seule, ne peut supporter (le coût d’un parking souterrain varie entre 150.000 et 200.000 DH par place). D’où l’intérêt des PPP pour le secteur du stationnement. «Comment peut-on encourager l’investissement dans ce type de projets, s’ils sont boudés par les utilisateurs?» s’interroge la même source.

parking_casa_009.jpg

En heure de pointe, l’accès au parking est parfois bloqué par des voitures (Ph. Khalifa)

Heureusement, tous les parkings de la ville ne connaissent pas le même sort. A titre d’exemple, le parking en surface de Mehdi Ben Barka (place du Maârif) enregistre les plus forts taux de rotation, selon nos sources. Il s’agit d’un quartier commercial où les usagers viennent faire leurs courses et repartent au bout d’une heure ou deux.

D’autres parkings récupérés par Casadev à l’échéance de leur contrat semblent bien fonctionner. C’est le cas notamment  de Felix et Max Guedj (mitoyen du Hyatt Regency), de Léon l’Africain (à côté de CTM) et Rahal Meskini (devant le siège de L’Oréal). La gestion d’autres parkings (comme celui de Ben Jdia et stade Philippe ou rue d’Agadir) sera également confiée à Casadev à l’échéance des contrats courant 2018.

Pour rappel, un schéma directeur du stationnement, validé en février 2017 par les élus de Casablanca, est censé apporter de la visibilité à ce secteur opaque. Ce schéma instaure plus de 30.000 places de parkings supplémentaires qui devront être gérées par horodateurs (en plus des 15.000 actuelles). Des milliers de places sont également prévues en ouvrage (souterrain, en surface ou aérien). Un an et demi plus tard, le statu quo n’a visiblement pas changé…

Benchmark de parkings en ouvrage

  • Casablanca

Casa-port: 6 DH/h
Casa marina: 6 DH/h
Parking en silo derrière Bank
Al-Maghrib: 5 DH/h

  • Rabat

Parking Mly El Hassan: 6 DH/h
Parking Mamounia (à côté du ministère de la Justice):  6 DH/h

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc