Société

Les Lions de l’Atlas mobilisés pour le Portugal

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5295 Le 18/06/2018 | Partager
La contre-performance contre l’Iran, oubliée
Soutien incontestable des fans marocains malgré la défaite
Plus de 42.000 supporters ont fait le déplacement en Russie
coupe-du-monde-095.jpg

Très motivés, les joueurs de l’équipe nationale, à leur tête Mehdi Benatia, le capitaine, avaient réellement envie de bien débuter la compétition mais il en a été autrement. Un manque d’expérience, peut-être! (Ph. Jarfi)

Première cartouche grillée pour le Maroc dans cette Coupe du Monde russe. Sauf que malheureusement, c’était celle qu’il ne fallait surtout pas griller. L’équipe nationale était, en effet, opposée à son homologue iranienne, supposée être la plus «abordable» dans le groupe B qui compte également des géants du foot que sont le Portugal et l’Espagne.

Mais cette rencontre qui s’est soldée par une défaite a laissé un goût amer à tout un peuple. Et pour cause, le onze national n’a pas démérité, bien au contraire. Après une entame assez intense et très positive, les joueurs qui ont évolué dans un système qu’ils maîtrisent généralement bien en dépit de la titularisation surprise du milieu de terrain Amine Harit et de l’attaquant Ayoub El Kaabi.

Le plan de jeu était assez simple, comme le précise Mbarek Boussoufa en réponse à une question de L’Economiste. «Il fallait qu’on joue comme d’habitude, presser haut les iraniens pour pouvoir marquer», assure-t-il. Sauf que la réussite n’a pas été au rendez-vous. Les iraniens ont ainsi réussi à «anesthésier» les marocains et déployer leur stratégie.

L’équipe d’Iran est adepte de laisser le jeu à l’adversaire au départ et bien défendre question de faire craquer ses adversaires mentalement et puis profiter de la moindre petite occasion offerte. Et c’est justement ce qui s’est passé. «C’était le parfait scénario pour nous», assure Carlos Queros, le sélectionneur de la «team Mehdi».

«Notre stratégie était de faire craquer d’abord mentalement les joueurs marocains qui ont perdu le contrôle du match quand ils ont commencé à être nerveux», a-t-il indiqué lui qui dit avoir étudié le système de jeu des Lions de l’Atlas depuis des mois.

La pression iranienne s’est donc matérialisée par un but contre son camp de l’attaquant Aziz Bouhaddouz dans les dernières minutes du temps additionnel. Un but qui a anéanti les espoirs de tout un peuple, nous a renvoyés dans nos méandres du passé. Justement, l’attaquant de San Pauli en Allemagne qui a quitté le terrain en pleurs, s’est fendu en excuses aux 35 millions de marocains et leur a promis d’inverser la tendance lors des deux prochains matchs.

Aujourd’hui, les critiques se concentrent sur le sélectionneur Hervé Renard dont les choix et les changements sont plus que contestables. Il faudra éviter les mêmes erreurs face à l’Espagne et le Portugal qui n’ont pas pu se départager (3 buts partout).
L’équipe nationale a reçu un soutien sans précédent des marocains du monde entier. 42.000 fans ont fait le déplacement pour soutenir la sélection. Certains sont même venus en voiture. Arrivant du Maroc, de France, d’Allemagne, de Hollande, d’Italie… les marocains ont rivalisé avec les fans iraniens.

renard_095.jpg

A noter le fabuleux spectacle des iraniennes dans les tribunes. Des supportrices sans le tchador de rigueur, obligatoire en Iran et surtout, mélangées avec les hommes, un sacrilège pour le régime des mollahs. La plupart de ces jeunes femmes émanent de la diaspora iranienne en Europe et aux Etats-Unis. Si elles vivaient en Iran, elles s’exposeraient à 2 ans de prison pour «tenue non convenable». Les femmes sont interdites d'enceintes sportives en Iran.

Les supporters des Lions de l’Atlas n’ont cessé de soutenir l’équipe avant, pendant et après le match malgré la déception. Aujourd’hui, aussi bien le staff que les joueurs sont mobilisés et concentrés pour le match de mercredi 20 juin contre le Portugal de Cristiano Ronaldo, espérant refaire l’exploit de 1986 au Mexique où le Maroc s’était imposé par 3 buts à 1.

Ce ne sera pas une mince affaire puisque les choses ont bien changé. Le champion d’Europe en titre dispose d’une arme plus que redoutable: Cristiano Ronaldo, la superstar du Real Madrid et de la sélection, a commencé ce mondial en trombe inscrivant un triplé face à l’équipe d’Espagne.

Le maillot du Maroc «sold out»

Preuve de l’importance du soutien des marocains pour la sélection nationale, le maillot officiel de l’équipe, fourni par Adidas était en rupture de stock dans toutes les boutiques officielles au sein du stade de Saint-Pétersbourg. Tout le monde voulait avoir le sien. Certains ont même été frustrés de n’avoir pas pu les obtenir. Les fans marocains se sont littéralement rués sur ces shops.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc