International

Youtube: Un nouveau moteur de revenus pour jeunes

Par Omar KETTANI | Edition N°:5293 Le 13/06/2018 | Partager
Une plateforme qui peut rapporter gros
Abus et violences sur mineurs: les risques des enfants Youtubers
La société civile française s’en mêle
youtubers_france_093.jpg

Accélérateur de l’auto-entrepreneuriat, Youtube est devenu la plateforme la plus exploitée pour gagner sa vie. Mais à côté des paillettes, de nombreux dangers subsistent

Depuis plus d’une décennie, un nombre croissant de jeunes se donnent à cœur joie dans le monde vidéo ludique de Youtube. Sport, lifestyle, nutrition, musique, astuces… Rien n’est laissé au hasard par les nouveaux influenceurs. Dès l’apparition de ce phénomène de mode, une multitude de chaînes ont vu le jour aux quatre coins du monde. Elles se sont avérées être des sources de revenus importantes pour leurs propriétaires.

Dans l’Hexagone notamment, les youtubers fitness ont la cote auprès des internautes. Parmi eux, figurent, entre autres, Tibo Inshape (26 ans, plus de 4 millions de followers), Nassim Sahili (31 ans et 387.000 abonnés), ou encore Enzo Foukra (40 ans, coach sportif diplômé, 195.000 abonnés).

Tous opèrent sur le site de partage de vidéos Youtube. Il va sans dire que les revenus sont assez conséquents. A titre indicatif, le Toulousain Tibo Inshape récolte par le biais du visionnage de ses vidéos plus de 10.000 euros par mois. Notons que les revenus des youtubers ne se limitent pas au nombre de vues de leurs vidéos. Beaucoup d’entre eux font de la publicité pour des marques de nutrition, de prêt-à-porter, de compléments alimentaires…

D’autres, plus ambitieux, se lancent après quelques années d’expérience dans l’auto-entrepreneuriat. Ils fondent leur propre ligne de prêt-à-porter, mettent au point des programmes destinés à une cible déterminée (exemple: des programmes de musculation pour femmes) ou créent leur propre salle de fitness.

Plus récemment, de nouveaux youtubers, âgés d’une dizaine d’années, voire moins, font fureur sur Youtube. Parmi les plus en vogue, les jeunes filles Kalys (10 ans) et Athéna (6 ans) ou encore les garçons Néo et Swan qui, filmés par leurs parents, essayent les dernières tendances dans le domaine des jeux pour enfants. Leurs vidéos visionnées par des millions d’utilisateurs ne cessent de faire de nombreux adeptes.

Flairant la bonne affaire, une entreprise finlandaise basée à Helsinki, baptisée Neverthink, a développé un nouveau concept. Son idée, payer des adolescents âgés entre 16 et 18 ans à visionner et sélectionner des vidéos sur Youtube. Les programmes sélectionnés traitent d’un ensemble de domaines à l’image de l’éducation par exemple.

Face à cet engouement d’envergure, les sociétés civiles tentent de changer la donne. A titre indicatif, l’Observatoire français de la parentalité et de l’éducation numérique a dénoncé récemment, auprès du Conseil national de la protection de l’enfance, le travail illicite opéré par les chaînes Youtube familiales. Il dénonce le manque de régulation des vidéastes du site de partage de Google.

Aux Etats-Unis, de nombreuses chaînes familiales ont dû fermer leurs portes pour cause d’abus et de violences sur mineurs. Sous nos latitudes, les youtubers apparaissent par milliers. Parmi eux, on retrouve une part grandissante de chaînes de fitness et musculation à l’image, entre autres, de BouirdiBuilding.

La musique n’est pas en reste puisque plusieurs Marocains se lancent et partagent leur talent. Autant dire que Youtube est devenu une véritable poule aux œufs d’or, mais attention aux dérives.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc