Economie

Immobilier: Les prix dans le résidentiel font une pause

Par Franck FAGNON | Edition N°:5276 Le 21/05/2018 | Partager
-0,7% au 1er trimestre en glissement annuel, selon Bank Al-Maghrib
Pas de reprise des transactions, mais la baisse est moins forte
Les ventes d'appartements s'effondrent à Casablanca et Marrakech, Rabat résiste
immobilie_076.jpg

Les prix des biens résidentiels ont marqué une timide hausse sur les premiers mois de l'année. Mais la situation est différenciée selon les villes. Idem pour les transactions qui sont pénalisées par les contre-performances sur deux grands pôles que sont Casablanca et Marrakech

Après les hausses de 2017, les prix de l'immobilier ont enregistré une petite baisse sur les premiers mois de 2018. L'indice calculé par Bank Al-Maghrib s'est contracté de 0,4% au premier trimestre (en glissement annuel). Ce mouvement touche tous les biens et est particulièrement marqué pour les villas (-7,2%) et les maisons (-2,3%).

Les appartements, qui sont les actifs les plus échangés, ont vu leur prix quasiment stagner (-0,2%). En revanche, ils sont légèrement plus chers (+0,2%) que les trois derniers mois de 2017.

Malgré des conditions de financement toujours attractives (cf. L'Economiste N°5270 du 11 mai 2018), la détente des prix ne suffit pas à relancer les transactions. Celles-ci ont reculé de 3%. Ceci dit, la baisse des ventes est moins prononcée qu'auparavant. L'évolution des prix de l'immobilier et des transactions est différenciée selon les villes.

A Casablanca, les prix des appartements ont stagné en glissement trimestriel dans un contexte général marqué par une forte baisse des transactions. Elles ont dévissé de 19,1% par rapport à la période octobre-décembre 2017. Pour le même appartement, la conjoncture est plus difficile à Marrakech puisque les transactions ont décroché de 17% au 1er trimestre 2018 après 30% le trimestre précédent pour des prix en léger recul.

En revanche, le marché des appartements à Rabat se ressaisit après les fortes corrections enregistrées en 2017. Les transactions avaient chuté de 51% au 1er trimestre et de 34% au 3e trimestre (en glissement trimestriel). Après les trois premiers mois de l'année en cours, les ventes ont augmenté de 23%. Les prix sur ce marché ont crû de 3,8% sur la période janvier-mars après une diminution de 8,7%.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc