Economie

La facture pétrolière pourrait aggraver le déficit commercial

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5275 Le 18/05/2018 | Partager
Il s'est creusé de 7 milliards de DH à fin avril
Le cours du baril au-dessus de 70 dollars
La chaussure reprend
balance_commrciale_075.jpg

Les importations ont augmenté de 9,2%, en particulier sous l'effet de l'accroissement des achats de biens d'équipement. La hausse des exportations n'a pas dépassé 7,2%. A fin avril, le taux de couverture a reculé de 1 point

Pas de miracle pour la balance des échanges commerciaux entre le Maroc et le reste du monde. Le déficit, 66,1 milliards de  DH, s’est creusé de plus de 7 milliards de DH à fin avril. Les exportations ont certes augmenté, mais à un rythme moins important que celui des importations.

Les ventes à l’étranger ont enregistré une hausse de 7,2%, s’établissant à 92,7 milliards de DH. A l’exception des phosphates et dérivés en recul de 4,5%, tous les autres secteurs sont sur un trend haussier. L’automobile en particulier a bondi de 19,1%. Avec un chiffre d’affaires à l’export de 23,9 milliards de DH, elle pèse le 1/4 du total.

Les composants aéronautiques enregistrent également une forte hausse à l'export: 19,4% et un chiffre d’affaires de plus de 4 milliards de DH. L’agriculture et l’agroalimentaire se maintiennent avec un accroissement de 2,6%. Pareil pour l’industrie pharmaceutique (+3,2%), l’électronique (+1,4%) et le textile et cuir (2,9%). A noter le retour de la chaussure dont les ventes progressent de 6,4%, dépassant ainsi le milliard de DH. 

Les importations sous le poids des achats incompressibles sont en hausse de 9,2%. Les achats à l’étranger sont en hausse pour la totalité des groupes de produits. Les approvisionnements renvoient néanmoins des signaux positifs sur l’investissement puisque les biens d’équipement constituent le premier poste d’achat: 39,7 milliards de DH, soit 25% des importations. Les importations de demi-produits et de produits finis de consommation ont respectivement pris 3,2 et 10%.

La facture énergétique atteint 24,7 milliards de DH. Elle s’est ainsi appréciée de 9,5% et contribue pour près de 16% dans la hausse des importations. Elle pourrait connaître une évolution importante durant les prochains mois puisque les cours du pétrole au niveau international enregistrent de fortes progressions. 

L’accélération au-dessus des 70 dollars doit beaucoup aux tensions au Moyen-Orient suite à la décision annoncée la semaine dernière par Donald Trump de faire sortir les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. A la mi-journée du jeudi 17 mai, les cours du Brent, référence européenne, sont remontés brièvement à plus de 80 dollars. Un niveau qui n’avait pas été enregistré depuis novembre 2014, soit quelques mois après le début de l’effondrement des cours du pétrole.

La facture alimentaire a également pris 3,8%, s’établissant à 17,4 milliards de DH avec notamment 1,5 milliard pour les tourteaux et résidus des industries alimentaires et 435 millions de DH pour le beurre. 

Ces quatre premiers mois de l’année se sont également caractérisés par une progression de 13% des transferts des MRE et de 18,1% des recettes touristiques. Le flux des investissements directs étrangers se contractent de 17,1%.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc