×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
International

Changement à la tête de la diplomatie américaine

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5229 Le 14/03/2018 | Partager
Donal Trump limoge Rex Tillerson
C’est Mike Pompeo, le directeur de la CIA, qui le remplace
Une femme à la tête des services de renseignements
mike_pompeo_029.jpg

D'un tweet, le Président américain Donald Trump a annoncé, le mardi 13 mars, le limogeage de Rex Tillerson. Il a été remplacé au poste de secrétaire d'Etat par l'actuel directeur de la CIA, Mike Pompeo. Après des mois de rumeurs, le sort de l'ancien homme fort d'ExxonMobil, qui peinait à trouver sa place à Washington et entretenait des relations difficiles avec le locataire de la Maison-Blanche, a été scellé, rapporte l’AFP. Le Président septuagénaire a par ailleurs annoncé que Gina Haspel deviendrait la nouvelle directrice de la CIA, la première femme choisie à ce poste.

La Maison-Blanche a mis en avant la volonté du Président d'avoir une nouvelle équipe au moment d'aborder des négociations historiques avec la Corée du Nord. Ce dernier a accepté la semaine dernière l'invitation du dirigeant Kim Jong Un à une rencontre d'ici fin mai, afin de discuter de notamment dénucléarisation. Interrogé sur les raisons de ce limogeage de Rex Tillerson, le Président a mis en avant des désaccords de fond, en particulier sur le dossier nucléaire iranien.

Lorsqu'il s'installe à la tête de la diplomatie américaine, il est présenté comme l'un des Américains connaissant le mieux le Président russe Vladimir Poutine. L'une des priorités de la nouvelle administration est alors un réchauffement des relations avec le chef du Kremlin. Mais les nombreuses controverses et l'enquête sur les ingérences russes dans l'élection américaine rendront cet objectif impossible à atteindre.

Les divergences de vues entre Trump et Tillerson étaient notoires sur plusieurs dossiers-clés, du climat à l'Iran. Le milliardaire républicain n'a pas facilité la tâche de Rex Tillerson. D'abord en le privant du dossier israélo-palestinien, confié à son gendre Jared Kushner. Puis en multipliant les décisions de désengagement de la scène multilatérale. Enfin, en le contredisant en public.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc