×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc-Qatar: Nouveaux accords pour doper les échanges

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5229 Le 14/03/2018 | Partager
    Une commission commerciale mixte pour identifier les secteurs prometteurs
    Une convention pour la mise en œuvre de la coopération industrielle 2018-2022
    Agriculture, aéronautique, habitat, formation des cadres…
    maroc_qatar_029.jpg

    En dépit de l’augmentation du volume des exportations marocaines vers le Qatar ces dernières années, la balance commerciale reste déficitaire à l’avantage du géant du Golfe. Les exportations vers le Qatar sont principalement constituées de produits agricoles (fruits et légumes), céramique, articles en métal ou en bois. Les importations portent sur les produits pétroliers, plastique, aluminium, produits chimiques...

    Le Maroc et le Qatar veulent booster leurs relations commerciales. C’est ce qui ressort des travaux de la 7e session de la Haute Commission mixte, tenue lundi dernier à Rabat. Pour les responsables qataris, le Maroc est considéré comme un pays «important et stratégique». Le ministre de l’Economie et du Commerce du Qatar, Sheikh Ahmed Bin Jassim Bin Mohamed Al Thani, a clairement affiché la volonté de son pays «d’augmenter le volume des investissements et des échanges commerciaux entre les deux pays».

    L’une des premières décisions dans ce domaine: le lancement d’une ligne maritime commerciale directe entre les deux pays. Parallèlement, les responsables marocains et qataris se sont penchés sur les «moyens susceptibles de garantir la participation du Qatar dans les grands investissements lancés en Afrique».

    Cela concerne notamment les secteurs du phosphate, du logement social… Parmi les 11 conventions signées lors de cette Haute Commission mixte, présidée par les chefs de gouvernement des deux pays, figure l’accord relatif à la création d’une commission commerciale mixte.

    Elle sera chargée «d’identifier les domaines de coopération et les moyens de renforcer les échanges d’expériences et de compétences dans les domaines du commerce et de l’investissement». L’idée est de définir «les mesures à même de créer des partenariats solides et d’encourager l’organisation de missions commerciales entre les deux pays».

    Actuellement, les principales importations qataries en provenance du Maroc sont constituées de fruits et légumes et d’articles de prêt-à-porter. Les responsables de ce pays veulent renforcer davantage la coopération dans le domaine agricole. C’est dans ce sens que s’inscrit la convention signée lors de cette commission.

    Elle porte notamment sur les filières de l’élevage et de la pêche maritime. Elle couvre également les aspects liés à l’échange d’expériences entre les cadres des deux pays. Parallèlement, une partie importante des accords signés porte sur la reconduction de programmes lancés dans le cadre des réunions précédentes de la Haute Commission mixte.

    C’est le cas notamment de l’accord signé, lundi dernier, portant sur la mise en œuvre de la convention sur la coopération industrielle pour la période 2018-2022. Idem pour le protocole en matière de contrôle et de supervision des institutions financières. Il complète le mémorandum d’entente qui lie, depuis quelques années, les banques centrales des deux pays. C’est le cas également dans le secteur de l’enseignement.

    La convention signée, lundi dernier, porte sur la mise en œuvre du programme de coopération dans ce domaine, couvrant les trois prochaines années scolaires.  Pareil pour le secteur des médias. L’accord signé concerne la mise en œuvre du 4e programme de coopération.

    En 2014, les deux pays avaient adopté, lors de la 5e Haute Commission mixte, une convention de coopération et d’échange d’informations entre la MAP et l’Agence qatarie de presse (QNA). D’autres accords ont été également signés lors de cette dernière réunion, portant notamment sur les secteurs de l’habitat, de l’artisanat et de la jeunesse.

    Le renforcement de l’expertise des compétences des deux pays est également au menu. Un nouveau mémorandum d’entente a été signé pour favoriser «la formation et la qualification des cadres dans le domaine de l’aviation». Ce programme sera porté par l’Académie internationale Mohammed VI de l’aviation civile et la faculté du Qatar de l’aviation.

    Traquer les financements terroristes

    Rabat et Doha veulent donner un coup de fouet au partenariat dans la lutte antiterroriste. Après l’accord sécuritaire, signé entre les deux parties il y a quelques années, la réunion de la Haute Commission mixte, tenue lundi dernier, s’est penchée sur le dossier des financements terroristes. Un mémorandum d’entente a été signé dans ce cadre, entre l’Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) et l’Unité qatarie des informations financières. L’objectif est notamment de renforcer l’échange de données relatives au blanchiment d’argent et aux financements des activités terroristes.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc