×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Gouvernement : Les nouveaux ministres enfin connus

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5193 Le 23/01/2018 | Partager
    MP et PPS gardent leurs portefeuilles
    Mohcine Jazouli, en charge de la coopération africaine
    Une réunion présidée par le Roi en présence des 5 ministres nommés
    nomination_ministres_1_093.jpg

    Plusieurs mois après la révocation de quatre ministres à cause des défaillances liées à la mise en œuvre des projets à Al Hoceima, leurs remplaçants sont enfin connus. Le Souverain, qui a présidé, hier à Casablanca, un Conseil des ministres, a nommé, conformément aux dispositions de l'article 49 de la Constitution et sur proposition du chef du gouvernement, 5 nouveaux ministres. Il s’agit des successeurs des 4 responsables limogés, en plus d’un nouveau ministre délégué en charge de la coopération africaine.

    Le PPS et le MP ont préservé les portefeuilles gérés par les ministres révoqués. Du côté du Mouvement populaire, Said Amzazi, président de l’Université Mohammed V à Rabat, succède à Mohamed Hassad au ministère de l’Education nationale. C’est Mohamed Gherrass, du même parti, qui a été chargé du secrétariat d’Etat à la Formation professionnelle, en remplacement de Larbi Bencheikh. Gherras occupait le poste de directeur au ministère de la Jeunesse et des sports.

    Il a aussi assuré l’intérim au niveau du secrétariat général de ce département. Les nouveaux ministres du PPS sont Anass Doukkali et Abdelahad Fassi Fihri. Ce dernier pilotera le département de l’Habitat. Il succède au secrétaire général de son parti, Nabil Benabdallah. El Fassi, est considéré comme l’une des éminences grises du PPS. C’est l’un des principaux responsables de cette formation chargé de l’élaboration des programmes électoraux.

    Au ministère de la Santé, Anas Doukkali, l’ex-patron de l’Anapec remplace Houssain Louardi. Parallèlement, le Souverain a nommé Mohcine Jazouli, ministre délégué en charge de la coopération africaine. Il s’agit d’un nouveau portefeuille, créé suite aux instructions royales. L’idée est de donner du punch à la coopération avec les pays d’Afrique subsaharienne, et assurer un suivi des différentes conventions et partenariats avec le continent.

    Jazouli, président de Valyans consulting, connaît les chantiers lancés par le Maroc en Afrique subsaharienne. Son cabinet de conseil ayant mené plusieurs actions sur le continent. Ce ministère délégué est rattaché au département des Affaires étrangères, piloté par Nasser Bourita.
    Après avoir prêté serment, les cinq ministres ont assisté à une réunion présidée par le Souverain, en présence du chef du gouvernement.

    Les nouveaux responsables ont du pain sur la planche. Surtout qu’il s’agit de départements stratégiques, comme l’Education nationale, la Santé ou encore la Formation professionnelle. La dernière session du Conseil supérieur de l’éducation et de la formation a mis le point sur le rôle de l’école dans la reproduction des inégalités sociales.

    D’où l’importance d’accélérer la mise en œuvre de la Vision élaborée par cette instance, dont les dispositions ont été contenues dans un projet de loi-cadre. Ce texte, véritable feuille de route de la réforme du système éducatif, devait être également soumis au Conseil des ministres, présidé par le Roi.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc