×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Reportage

    Dans le Haut Atlas, des douars à la merci des caprices de la nature

    Par L'Economiste | Edition N°:5189 Le 17/01/2018 | Partager

    Chaque année, plusieurs douars du Haut Atlas se retrouvent coupés du monde. Nichées dans un dédale de montagnes enneigées, ces populations, pauvres et vulnérables, restent à la merci de la nature et des conditions climatiques.

    L’Economiste s’est déplacé dans ces localités, partant d’Anfgou, tristement célèbre pour ses enfants morts de froid en 2007, jusqu’à Aït Abdi Oulghazi, en passant par Imilchil. Le dernier tronçon est formé d’une piste caillouteuse, qui prend fin dans un plateau entouré de massifs, point de rassemblement annuel des nomades de la région.

    region_draa_tfilalet_089.jpg

    Le quotidien de ces populations, «oubliées du développement», est rythmé par de fortes chutes de neige qui compliquent davantage leur situation vulnérable. Enfants marchant pieds nus sur un sol en verglas, des personnes âgées, fragilisées par la forte baisse des températures et par la rareté du bois de chauffage… ces populations grelottent dans les montagnes du Haut Atlas.

    Des mesures ont été prises, toutefois, par les autorités pour contrer la vague de froid. Cette année encore, le ministère de l’Intérieur s’est mobilisé sur instructions royales. Un plan global cible 205 douars, soit une population de 514.000 personnes.

    Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc