×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    L’Amérique latine face au défi de la productivité

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5170 Le 18/12/2017 | Partager
    En dépit des progrès réalisés, c’est l’un des principaux enjeux pour les pays du continent
    Ces derniers appelés à jouer un rôle plus important dans les domaines de la défense et de la sécurité
    marcelino_oreja_aguirre_070.jpg

    Au-delà des divergences, «nous avons des mondes en commun, une langue et une histoire en commun», a insisté Marcelino Oreja Aguirre, ex-ministre des Affaires étrangères espagnol (Ph. MAP)

    Après Fernando Collor De Mello, ex-président du Brésil, c’était au tour de Marcelino Oreja Aguirre, ex-ministre des Affaires étrangères d’Espagne, d’animer la 2e Conférence de la session de l’Académie du Royaume. Son intervention, inscrite dans le cadre du cycle «L’Amérique latine comme horizon de pensée», était axée particulièrement sur les relations européennes avec ce continent.

    Le président d’honneur de l’Académie espagnole des sciences morales et politiques a mis l’accent sur les transformations profondes du contexte international. Ce dernier est marqué notamment par l’érosion du système de gouvernance mondiale. Dans cette dynamique de reconfiguration géopolitique, l’Amérique latine se positionne sur l’échiquier international. Il s’agit d’un continent doté d’un énorme potentiel, a souligné Oreja Aguirre.

    En témoignent les grands progrès réalisés dans certains pays latino-américains. Toutefois, de grands défis se posent encore pour ces Etats. Par exemple, ils ont «avancé dans la réduction de la pauvreté, mais pas selon le rythme adéquat», a-t-il expliqué. L’éducation reste aussi l’un des grands challenges de ce continent.

    L’ancien chef de la diplomatie espagnole a également pointé le défi de l’amélioration de la productivité des industries latino-américaines. Les économies de ces Etats sont caractérisées par l’émergence de petites et moyennes industries. Oreja Aguirre a mis l’accent sur les différences en termes de productivité entre ces unités et les mastodontes américains.

    En termes de relations avec l’Europe, Marcelino Oreja Aguirre a considéré que dans «l’ensemble, elles sont positives et constructives, marquées par l’absence de conflits majeurs». Toutefois, certaines pratiques risquent de plomber la dynamique des échanges entre les deux continents. Il s’agit essentiellement du phénomène de corruption.

    Aujourd’hui, l’ex-ministre des Affaires étrangères appelle à renforcer davantage la coopération entre l’Amérique latine et l’Europe. Cela concerne particulièrement le volet militaire. Pour lui, «ce continent peut jouer un rôle plus important dans les domaines de la sécurité et la défense».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc