Economie

Banques participatives: 3,7 millions de clients seraient disposés à migrer!

Par Franck FAGNON | Edition N°:5164 Le 08/12/2017 | Partager
34% des Marocains intéressés par les produits participatifs, mais attendent d’être convaincus
Le facteur religieux marginal, la tarification décisive
banques_participatives_064.jpg

2/3 des titulaires d’un compte (8,5 millions de personnes) seraient prêts à souscrire à des produits participatifs. Dans cette population, 44% soit 3,74 millions envisagent de changer d’adresse bancaire au profit d’une banque participative

Alors que l’écosystème met du temps à se dessiner, les banques participatives ont démarré la commercialisation des premières offres. Ce qui est sûr, c’est qu’elles ne sont pas en terrain conquis et elles en sont conscientes. Une enquête(1) du cabinet Kantar TNS révèle que 34% des Marocains envisagent de souscrire aux produits conformes à la Charia.

C’est un chiffre à prendre avec quelques réserves. Il n’est pas certain que les déclarations des répondants se concrétisent et vice versa. Ceci dit, la proportion de Marocains intéressés par la finance participative tranche avec les résultats de deux autres études.

Celle de l’IFAAS réalisée en 2012, relevait un appétit pour les produits financiers islamiques pour 94% des sondés alors que la finance participative laissait indifférent 80% des répondants selon une étude de Bank Al-Maghrib et de la Banque mondiale (2014) sur la capacité et l’inclusion financière des ménages.

Pour les experts, il est prématuré de tirer des conclusions au stade actuel. Mais, les différents travaux constituent une mine d’information pour les banques. Ainsi, 2/3 de l’échantillon attendent d’être convaincus avant de souscrire à un produit participatif. Pour cette enquête, le facteur religieux reste marginal dans les arbitrages des personnes sondées. L’élément décisif sera la tarification et la qualité de service.

Plus de la moitié des répondants s’attendent à obtenir des prix moins chers auprès des banques participatives. Le potentiel de recrutement de clients se trouve davantage dans la population bancarisée que celle qui ne l’est pas. Moins de 10% des personnes non bancarisées souhaitent rejoindre une banque participative.

Ce n’est pas tant un problème inhérent à ces établissements, mais davantage une question de conditions financières, laisse entendre Driss Farissi, directeur général de Kantar TNS au Maroc. En revanche, 2/3 des titulaires d’un compte (8,5 millions) seraient prêts à souscrire à des produits participatifs. Dans cette population, 44% soit 3,74 millions envisagent de changer d’adresse bancaire au profit d’une banque participative. Bien sûr, tout cela reste du déclaratif.

----------------------------------------------------------------

(1) Présentée jeudi 7  décembre à la Bourse de Casablanca, l’enquête a été effectuée par téléphone en octobre auprès d’un échantillon de 1.003 personnes dans douze régions. La marge d’erreur pour l’ensemble de l’échantillon est de plus ou moins 3,1%. Kantar TNS est un cabinet spécialisé dans les études de marché et les sondages d’opinion. Il est présent dans 80 pays dont le Maroc depuis le début des années 2000.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc