International

C’est l’incertitude en Catalogne

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5119 Le 04/10/2017 | Partager
Grève générale après le référendum
La Banque d'Espagne met en garde contre les tensions politiques
Débat au Parlement européen ce mercredi
catalogne_019.jpg

La Catalogne était en grève hier mardi. C’est pour défendre ses «droits» après la victoire du «oui» au référendum sur l'indépendance.  La grève devait notamment toucher le port de Barcelone, les universités publiques, les transports, le Musée d'art contemporain (MACBA), l'Opéra ou la cathédrale de la Sagrada Familia. Le Barça devait suivre aussi le mouvement: ni les équipes professionnelles ni celles des jeunes ne devaient s'entraîner mardi.

Une crise politique et institutionnelle menacerait-elle l'Espagne? La Catalogne, une région grande comme la Belgique où vivent 16% des Espagnols, fournit un cinquième de la richesse du pays. La semaine dernière, la Banque d'Espagne avait mis en garde contre les tensions politiques. Lesquelles peuvent représenter des risques pour la croissance économique.

Le gouvernement espagnol prévoit une croissance de 3,1% du PIB en 2017, après 3,3% en 2016, soit environ le double de la moyenne de la zone euro. Les banques espagnoles, en particulier les catalanes CaixaBank et Banco de Sabadell, mais aussi Banco Santander, ont fortement chuté à la Bourse de Madrid au lendemain du référendum. Déclaration unilatérale d'indépendance, suspension de l'autonomie de la Catalogne, négociations ou même une hypothétique chute du gouvernement de Mariano Rajoy… ce sont les scénarios ouverts après le référendum, rapporte l’AFP. Pour trouver une solution, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy s'est réuni avec les leaders du parti socialiste et de Ciudadanos (centre, opposé à l'indépendance).

Les réactions ont fusé de toutes parts. Rajoy a été pressé par l'Union européenne de dialoguer. L'ONU a souhaité une enquête sur les violences tandis que Berlin et Paris exprimaient leur soutien à une Espagne unie. Et le Parlement européen a annoncé qu'il débattra en urgence ce mercredi de la situation en Catalogne.

Depuis 2010, l'indépendantisme gagne du terrain en Catalogne, alimenté par la crise et l'annulation partielle par la Cour constitutionnelle d'un statut qui lui conférait des compétences plus larges. Et depuis 2012, de plus en plus de Catalans réclament à Madrid un référendum d'autodétermination pour trancher le débat, même s'ils sont divisés à parts presque égales sur l'indépendance. Mais le gouvernement espagnol ne veut pas en entendre parler, soulignant que l'option n'est pas prévue dans la Constitution.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc