×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Impact Journalism Day

    L'énergie cachée du tofu

    Par Defri WERDIONO | Edition N°:5052 Le 23/06/2017 | Partager
    lenergie_tofu_p_v_052.jpg

    Aujourd’hui, 142 des 250 fabricants de tofu du village canalisent leurs eaux de cuisson vers les digesteurs, qui génèrent du biogaz pour 210 foyers (Crédit Kompass)

    Dans le centre de Java, en Indonésie, des villageois produisent et utilisent du biogaz issu de l’eau de cuisson du tofu.

    Des volutes de fumée s’échappent de la cuisine de Tumirah, fabricante de tofu de Kalisari, dans le centre de Java. Le soja mijote dans ce grand chaudron que les locaux nomment kawah.
    En un jour, Tumirah peut transformer 80 kilos de soja en tofu jaune et obtient au passage 30 baquets (600 litres) d’eau résiduelle. L’eau de cuisson était auparavant jetée. Aujourd’hui, un tuyau la déverse dans un conteneur à 300 mètres pour y être transformée en biogaz. Celui-ci revient ensuite par un tuyau plus petit chauffer le chaudron.
    L’eau de cuisson du tofu contient des protéines végétales, du vinaigre et de l’acide organique qui, lorsqu’ils fermentent, produisent du méthane servant à cuisiner.
    Tumirah raconte que sa famille cuisine au biogaz depuis trois ans, à la place du gaz de pétrole liquéfié (GPL). «Je préfère le biogaz aux bonbonnes de GPL, qui risquent d’exploser». Sans compter les économies que cela l’aide à réaliser, puisqu’il suffit de payer chaque mois l’installateur de biogaz pour la maintenance des canalisations et la gestion du processus.
    Sur 4.671 habitants, Kalisari compte 250 fabricants de tofu. Avant, ils déversaient les eaux de cuisson dans la rivière, rendant l’eau opaque, mousseuse et nauséabonde. Le pH des eaux de cuisson non traitées est de 4 ou 5: assez pour tuer des poissons et nuire aux plants de riz.
    Le problème de pollution a été réglé par la construction de cinq sites de traitement des eaux usées entre 2010 et 2014. Plusieurs  institutions y ont contribué, dont le ministère de la Recherche et des Technologies. Aujourd’hui, 142 des 250 fabricants de tofu du village canalisent leurs eaux de cuisson vers les digesteurs, qui génèrent du biogaz pour 210 foyers.

    Defri Werdiono

    kompas.jpg

     

     

    ijd-logos.jpg

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc