×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Equité territoriale El Othmani mise sur les régions

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5051 Le 22/06/2017 | Partager
    Pour lui, «les conseils régionaux doivent s’approprier leurs nouvelles attributions»
    Il a été malmené par les députés sur le retard d’activation des fonds pour les régions
    Un programme national des pôles ruraux émergents 2017-2021 pour bientôt
    el-othmanie-051.jpg

    Saâdeddine El Othmani est très attendu sur la mise à niveau des régions, du moins sur l’enclenchement du processus (Ph. Bziouat)

    Pour sa deuxième intervention devant les députés, Saâdeddine El Othmani a été interpellé sur les questions de l’équité territoriale et de l’intégration des jeunes. Deux dossiers sur lesquels le gouvernement est appelé à faire beaucoup d’efforts, afin de répondre aux attentes des populations des régions souffrant de multiples déficits.

    Face aux critiques des députés de l’opposition, le chef du gouvernement a botté en touche. Pour lui, «le gouvernement ne peut pas résoudre en deux mois des problèmes cumulés depuis des décennies». Il a lancé la balle dans le camp des régions. Pour lui, «elles doivent avoir le courage de s’approprier les nouvelles attributions».

    Les présidents des régions, eux, multiplient les mises en garde, depuis plusieurs mois, face à l’absence d’une série de décrets d’application de la loi sur les régions. Outre ceux qui ont été déjà approuvés la semaine dernière, une nouvelle salve de textes est attendue. Il s’agit notamment du décret définissant les modalités d’accès au financement des fonds de mise à niveau sociale et de solidarité régionale, prévus par la Constitution.

    El Othmani a été malmené par les groupes de l’opposition à cause du retard de l’activation de ces mécanismes, pouvant donner un coup de fouet au développement local. Surtout qu’ils sont destinés à résorber les déficits de développement humain, d’infrastructures et d’équipements, mais ne sont pas encore opérationnels.

    El Othmani considère que l’accélération de la régionalisation avancée est l’un des deux piliers de la consécration de l’équité territoriale. L’idée est d’accompagner ce processus par «une orientation des politiques publiques dans le sens de la réalisation de l’équité territoriale», d’après le chef du gouvernement.

    Les régions vont bénéficier, selon lui, d’autres financements, dont la part des recettes fiscales transférée vers les régions. Plus de 5,2 milliards de DH ont été prévus dans ce sens par la loi de finances 2017. Lors de cette séance des questions de politiques publiques, El Othmani s’est montré peu convaincant. Or, il s’agit d’un dossier épineux, qui cristallise les tensions, comme c’est le cas dans certaines régions à l’image d’Al Hoceïma.

    El Othmani a assuré que «le souci de l’équité territoriale est intégré systématiquement dans les programmes et plans sectoriels élaborés par le gouvernement». Parallèlement, il a mis l’accent sur l’importance du développement des «pôles ruraux émergents», assurant un point de transition entre les campagnes et le monde urbain.

    Un programme national des pôles ruraux émergents 2017-2021 sera bientôt mis en place, selon le chef du gouvernement. Ce plan ambitionne de favoriser les flux d’investissements privés dans ces zones à travers la valorisation de leurs potentialités. Ce qui permettra, selon El Othmani, d’atténuer l’exode rural.

    Un autre programme sera bientôt lancé au niveau des communautés urbaines. Il est destiné à l’accompagnement gratuit des populations du monde rural dans les démarches de conception architecturale et de réalisation des plans de construction. L’objectif est d’en finir avec les constructions anarchiques.

    Quid de l’intégration des jeunes

    Le chef du gouvernement a expliqué que son équipe a repris la Stratégie nationale de la jeunesse, élaborée lors du mandat précédent. «Elle est en cours d’actualisation avant de passer à la mise en œuvre», a-t-il dit. Cette stratégie «vise à doter les jeunes de compétences leur permettant de s’intégrer dans la société», selon le chef du gouvernement. Il a aussi promis d’accélérer le processus d’adoption du projet de loi sur le Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative. Cette instance, prévue par la Constitution de 2011, est très attendue.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc