×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    «Le dynamisme du Maroc nous donne de la visibilité»

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5048 Le 19/06/2017 | Partager
    carlos_tavares_psa_048.jpg

    Pour Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA, l’objectif premier de son groupe est la satisfaction de ses clients en devenant leur fournisseur de mobilité préféré (Ph. L’Economiste)

    - L’Economiste: Qu’est-ce qui a motivé le choix du Maroc et celui de Kénitra?
    - Carlos Tavares:
    Les avantages sont nombreux. Ces atouts sont d’abord liés au dynamisme exemplaire exprimé par le gouvernement et les responsables marocains. A cela s’ajoutent les forces naturelles du pays: la qualité de ses collaborateurs, sa compétitivité des coûts, sa volonté de progrès en matière de qualité ainsi que les infrastructures. Il faut aussi rappeler que le Maroc dispose d’une vraie vision de stratégie industrielle automobile, ce qui nous donne de la visibilité pour l’avenir, donc de la perspective pour nous développer et alimenter le marché africain.

    - 80% de la production destinée à l’export. Vous maintenez ce chiffre?
    - La part de l’export sera largement majoritaire. Et 80% n’est pour l’heure qu’un ordre de grandeur, car le volume des exportations va dépendre notamment des parts de marché que nous serons capable de conquérir au niveau de l’ensemble des pays africains.

    - Une idée sur les équipementiers qui vont accompagner ce projet?
    - Pour le nombre, on table au moins sur une centaine de sociétés pour un chiffre d’affaires estimé à un milliard d’euros à terme

    - Quel chiffre d’affaires attendu à l’issue de la première année?
    - Il se situera en fonction du nombre d’automobiles que nous allons produire. Difficile de se prononcer sur ces chiffres pour le moment, car ils sont dépendants des marchés et des clients. Je ne veux pas vous donner des chiffres qui sont des hypothèses intégrées dans la taille de la première tranche du projet que nous avons lancée.
    Propos recueillis par
     Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc