×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Vers un rétablissement du service civil?

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5046 Le 15/06/2017 | Partager
    Etalé sur 2 ans, il sera général et obligatoire
    Ce dispositif remis à l’ordre du jour par une proposition de loi de l’Istiqlal
    service-civile-046.jpg

    Si les rédacteurs de ce projet de loi avancent son apport en termes d’atténuation du chômage, de mobilisation de RH au profit des administrations, des réactions négatives pourraient bloquer le processus. Les étudiants en médecine, par exemple, avaient mené un long bras de fer avec le ministre de la Santé contre le service médical obligatoire (Ph. Bziouat)

    Au moment où les administrations et les collectivités locales souffrent d’un véritable déficit en ressources humaines, le rétablissement du service civil est considéré comme une solution pertinente. Ce système a été suspendu en 1997 suite à l’abrogation du dahir organisant le service civil.

    Aujourd’hui, l’Istiqlal veut le remettre à l’ordre du jour. Une proposition de loi élaborée par le groupe parlementaire istiqlalien est actuellement en examen au niveau de la Commission de justice et de législation à la Chambre des représentants. Le retour du service civil doit être «généralisé et obligatoire», selon ce texte. Pour ses rédacteurs, il permettra aux administrations, aux collectivités territoriales et aux établissements publics de bénéficier de compétences.

    Celles-ci doivent disposer d’un diplôme permettant l’accès aux échelles 10 et 11. Ce service obligatoire devra s’étaler sur deux ans. Des dérogations seront prévues par décret, est-il indiqué. Les lauréats des facultés de médecine et de pharmacie sont également concernés par ce texte. L’aboutissement de ce dispositif semble difficile. Surtout face à la levée de boucliers suite à la volonté du ministère de la Santé d’imposer un service médical obligatoire.

    Le bras de fer entre El Houssain Louardi et les étudiants des facultés de médecine a duré plusieurs mois. Aujourd’hui, le groupe parlementaire de l’Istiqlal estime que le retour du service civil obligatoire permettra «d’atténuer le chômage dans les rangs des titulaires de diplômes universitaires». Il s’agirait «d’une période de stage ou une phase transitoire, favorisant un perfectionnement des compétences des nouveaux lauréats».

    Quel poids pour les propositions de loi

    Lors du mandat précédent, les propositions de lois des groupes parlementaires, surtout de l’opposition, étaient systématiquement rejetées. Aujourd’hui, Saâdeddine El Othmani veut changer d’approche. Lors d’une récente réunion du Conseil de gouvernement, il a appelé à créer une commission pour examiner les textes élaborés par les parlementaires. Ces derniers ont remis en marche la machine législative, en introduisant une série de textes, dont certains sont actuellement en examen au niveau des commissions, comme ceux sur la lutte contre le racisme et la xénophobie.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc