×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5042 Le 09/06/2017 | Partager

■ Ils gobent un poisson vivant pour guérir de l'asthme!

posson_bocal_042.jpg

Le visage froncé par le dégoût, la langue tirée, 5.000 Indiens ont fait la queue jeudi pour se faire enfoncer dans la gorge un petit poisson vivant, traitement atypique censé lutter contre l'asthme. Chaque année en juin, des personnes souffrant d'asthme se rassemblent à Hyderabad (sud de l'Inde) pour gober un frétillant poisson dans la bouche duquel on a fourré une boule de pâte à base de plantes censée agir comme remède traditionnel. Le procédé est supposé leur permettre de respirer plus facilement. La famille Bathini Goud, qui administre le traitement, affirme que le poisson nettoie la gorge dans sa descente et guérit définitivement de l'asthme et autres problèmes respiratoires. Le clan refuse de révéler sa formule secrète, qu'il dit avoir apprise d'un saint hindou en 1845. Les volontaires fourrent le poisson et le remède d'un coup dans la glotte du patient, lui referment brusquement la mâchoire et bouchent le nez pour l'obliger à l'avaler. Certains parents doivent tenir leurs enfants, en pleurs à la vue du poisson frétillant. Des milliers de personnes viennent des quatre coins de l'Inde pour cette distribution de deux jours, dont les dates sont déterminées chaque année selon l'arrivée de la mousson.
La communauté médicale dénonce cette pratique comme «non scientifique» et s'inquiète de l'hygiène de la procédure, des accusations rejetées par la famille. Le gouvernement indien affrète des trains spéciaux pour ce festival de la «médecine poisson» et des policiers supplémentaires sont déployés pour canaliser la foule. Après digestion du traitement, les patients doivent suivre un régime strict pendant 45 jours.

■ Un Batman argentin au chevet d'enfants malades
Déguisé en Batman, le Bruce Wayne argentin fait rugir le moteur et crisser les pneus de sa Batmobile, une Renault, pour foncer vers l'hôpital des enfants de La Plata, près de Buenos Aires. Chaque vendredi après le boulot, cet homme d'une quarantaine d'années qui souhaite rester anonyme se rend auprès des enfants malades pour combattre la douleur par le rire, leur faire oublier un instant leur souffrance. Il entre à l'Hôpital public Soeur Maria Ludovica chargé de dessins et de bonbons. Les enfants l'accueillent avec des rires. Assis sur son lit, vêtu d'un pyjama Batman, Pablo Valdez, 7 ans, est hilare. Il échange un salut avec le super-héros, poing contre poing.
Les visites de Batman, «donnent du courage aux enfants qui souffrent», estime Celia Quiroz, mère du garçon, hospitalisé pour une infection qui l'empêche de marcher. Soeur Adriana, complice du Batman argentin, le guide dans les couloirs de l'établissement. Dans la chapelle de l'hôpital, il se signe avant d'entrer en action.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc