×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5039 Le 06/06/2017 | Partager

    ■ Il passe la nuit dans un musée seul avec un chef-d'œuvre de Rembrandt
    Un Néerlandais a dormi dans la pièce où est exposé le célèbre tableau de Rembrandt «La Ronde de nuit», une expérience inédite que le Rijksmuseum d'Amsterdam avait offerte jeudi à ce 10 millionième visiteur depuis la réouverture du musée en 2013. «J'ai dormi dans un lit installé à deux mètres de «La Ronde de nuit» de Rembrandt, c'est magique, je n'en reviens toujours pas», a réagi Stefan Kasper, professeur de dessin et artiste, quelques heures après son réveil dans le musée. Se réveiller au pied de l'oeuvre majestueuse de l'illustre peintre néerlandais, cela n'avait été donné à personne jusqu'à présent. Reçu en grande pompe, telle une star, ce passionné d'art va avoir du mal à se remettre de ce «rêve inoubliable». «Le 10 millionième visiteur du Rijksmuseum a gagné l'unique chance de passer la nuit pour la première fois de l'histoire au milieu des trésors néerlandais», s'est réjoui le directeur du musée, Taco Dibbits. L'heureux élu avait décroché le «ticket en or» alors qu'il encadrait une sortie avec ses élèves du collège Montessori d'Aerdenhout, près d'Amsterdam. Encore sur un nuage, Stefan Kasper a assuré avoir été entièrement seul dans la pièce: «Il n'y avait pas de gardiens, ou alors ils étaient très bien cachés!». Sachant cela, il s'est mis à son aise. Il a fait des selfies et s'est «baladé en caleçon et en chaussettes dans des pièces complètement vides» avant de déguster un gaspacho et une joue de boeuf servis par le chef étoilé Joris Bijdendijk.

    ■ Une course de bébés qui rampent!
    A dix mois, Mykolas Pociunas a obtenu une belle victoire à l'arrachée lors de la course des bébés qui rampent qui s'est tenue jeudi à Vilnius à l'occasion de la Journée internationale de l'enfance. Son papa Vytautas, très fier, a déclaré à l'AFP que le dernier demi-mètre de la course qui se joue depuis plusieurs années dans la capitale lituanienne, a été incertain et que la victoire ne tenait qu'à un fil. «Nous avons pensé que nous n'arrivions pas jusqu'à la ligne d'arrivée. Juste avant, il s'est arrêté, puis il s'est assis, puis il s'est allongé, mais finalement il a décidé de ramper vers sa mère» qui secouait une boîte de Lego, a-t-il déclaré. Mykolas était le plus rapide des cinq finalistes qui ont concouru sur un tapis rouge long de cinq mètres.
    Pour convaincre les bébés de franchir la ligne d'arrivée, les parents et les grand-parents ont agité des peluches de toutes les couleurs, des téléphones mobiles, des ballons, des télécommandes de télévision, des bouteilles en plastique et même des bagels. Mais certains bébés ont décidé de snober la compétition et choisi de s'asseoir sur la ligne de départ ou de s'arrêter à un mètre de la ligne d'arrivée. «La règle la plus importante est que le bébé ne sache pas encore marcher. Leur âge varie entre neuf et douze mois», a déclaré à l'AFP Jolita Pranckeviciene de la station radio locale qui a lancé la course en 1999 afin de sensibiliser le public au droit de l'enfant.o

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc