×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5030 Le 24/05/2017 | Partager

■ Un bijou fantaisie se révèle être un diamant de 26 carats
Acheté dans une brocante comme un bijou fantaisie pour une somme insignifiante, un solitaire en diamant de 26 carats va être vendu aux enchères chez Sotheby's à Londres pour un prix estimé entre 250.000 et 350.000 livres (jusqu'à 450.000 euros). Soit un montant jusqu'à... 35.000 fois supérieur au prix d'achat de cette élégante bague surmontée d'une pierre blanche en forme de coussin, que sa propriétaire a porté pendant trois décennies en ignorant tout du trésor qu'elle avait au doigt, a indiqué la maison d'enchères. Elle «la portait pour aller faire des courses, dans la vie de tous les jours», a indiqué Jessica Wyndham, responsable du département bijoux chez Sotheby's. «Personne n'avait idée de sa valeur intrinsèque», a-t-elle ajouté, peut-être en raison de sa brillance toute relative qui «a pu induire en erreur et laisser penser qu'il ne s'agissait pas d'une vraie pierre». Le bijou daterait en effet du XIXe siècle, époque où la taille des diamants privilégiait le volume à la brillance. «Les tailleurs travaillaient davantage avec la forme naturelle (...) pour conserver autant de poids que possible», a expliqué la responsable de Sotheby's. Ce n'est que récemment, après en avoir discuté avec un joaillier, que sa propriétaire a réalisé que le solitaire pouvait finalement valoir bien davantage qu'une poignée de livres. Après avoir été confié à Sotheby's, le diamant est authentifié par l'Institut gemmologique américain, pour le plus grand bonheur de sa propriétaire. Elle est «surexcitée», a souligné Jessica Wyndham. «Mais qui ne le serait pas dans une situation pareille?». La vente aura lieu le 7 juin prochain.
 
■ Une fillette happée par une otarie!

otarie_030.jpg

Une scène rare d'une fillette happée et tirée soudainement dans l'eau par une otarie sur la côte pacifique du Canada est devenue virale sur les réseaux sociaux et a relancé lundi les mises en garde sur les dangers de nourrir les animaux sauvages. Filmée samedi par un jeune étudiant de Vancouver, la scène à la fois comique et effrayante avait été visionnée plus de 11 millions de fois lundi sur la plateforme YouTube. Une otarie à crinière, ou lion marin, nage dans les eaux du port de Stevenson à Richmond, au sud de Vancouver, et sort de temps à autre la tête de l'eau, au grand plaisir d'une dizaine de touristes qui lui tendent de la nourriture. Près du quai, une fillette sur le bord crie, surprise par la sortie toute proche du mammifère marin tentant de grappiller un aliment, puis elle s'assoit sur le bord en tournant à demi le dos. C'est alors que le lion marin sort brusquement et attrape la robe de la jeune fille qui est entraînée dans l'eau. Un homme plonge immédiatement et les deux ressortent en quelques secondes avant de s'éloigner. «Plus nous nourrissons les animaux sauvages, plus nous nous mettons en danger dans ce type de situation», a expliqué au quotidien Vancouver Sun Danielle Hyson, une dresseuse d'animaux marins à l'aquarium de la ville.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc