×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Région Drâa-Tafilalet Comment Maroc Vert a sauvé la petite agriculture

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5030 Le 24/05/2017 | Partager
Bilan positif des projets lancés dans le cadre du Pilier II
Rationaliser l'eau et valoriser les produits du terroir, les actions prioritaires
Le travail communautaire, une des clés de la réussite

Depuis le déploiement du plan Maroc Vert dans la région du Drâa-Tafilalet il y a huit ans, une importance particulière a été accordée à la petite agriculture, principale activité. Alors que le plan agricole régional a mis en place 60 projets dans le pilier I du plan Maroc Vert avec un budget de 1,55 milliard de DH, ce sont 49 projets dédiés qui ont été mis en route dans le cadre du Pilier II avec un budget de 2,94 milliards de DH. La lecture des réalisations des Piliers I et II du plan Maroc Vert montre bien que les objectifs du Pilier II ont enregistré de meilleurs résultats (voir infographie page 4) dans une région qui reste dépendante des aléas climatiques, de la rareté de l’eau et de l’éclatement des parcelles agricoles, notamment.
Le Pilier II du plan Maroc Vert a permis d'y réaliser des prouesses. 

bilan-plan-vert-region-draa-tafilalet.jpg

Le bilan du Plan Maroc Vert de 2016 montre clairement un avancement plus important dans la réalisation des objectifs du Pilier II dans la région du Drâa-Tafilalet

Il vise un accompagnement solidaire de la petite agriculture, avec pour objectifs la modernisation des pratiques et un développement rural intégré, notamment avec la diversification des sources de revenus des petits agriculteurs. 
Dans le détail, la reconversion et la densification des surfaces agricoles ont touché respectivement 1.686 ha et 16.856,5 ha. La réhabilitation d’anciennes oasis a concerné 3.782,93 ha, alors que l’aménagement hydro-agricole est estimé à 599,78 km linéaires. De plus, 31 points d’eau ont été créés sur un objectif de 76 et 30 ha de terrains ont bénéficié d’opération de lutte contre l’ensablement. Pour ce qui est des unités de valorisation des produits, 38 unités ont été construites à fin avril 2016 et 58 ont bénéficié d’équipement moderne. 

Les exploitations agricoles en augmentation

Dans le nouveau découpage territorial, cinq provinces constituent la nouvelle région Drâa-Tafilalet: Errachidia, Midelt, Tinghir, Ouarzazate et Zagora avec Errachidia comme chef-lieu. La superficie agricole utile de la région Drâa-Tafilalet est évaluée à 241.000 ha, dont 154.000 ha sont des terres agricoles irriguées. La province d’Errachidia vient en tête avec une superficie de 49.892 ha de superficie agricole irriguée. La région totalise quelque 151.270 exploitations agricoles, reparties entre les 5 provinces avec une majorité située à Errachidia qui vient encore en tête avec 52.270 exploitations. La région est desservie par 4 barrages: Mansour Eddahbi, Hassan Addakhil, Tiwiyine et Hassan II, totalisant une capacité hydrique de 1.421 Mm3. L’effectif du cheptel dans la région totalise 104.600 têtes de bovins, 1.503.700 d’ovins, 601.300 de caprins et 16.600 de camelins..

surface-agricole_draa-tafilaet.jpg

En 8 ans, la superficie cumulée des surfaces agricoles équipées en goutte-à-goutte dans la région du Drâa-Tafilalet a été multipliée par 9.

superficie-agricole-draa-tafilalet.jpg

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce ne sont ni les dattes des oasis ni les pommes de Midelt, produits à forte valeur ajoutée, qui viennent en tête des filières les plus représentées dans la région, mais bien les céréales qui occupent 33,5% des superficies agricoles

Dans la répartition par filière des projets Pilier II, au nombre de 31, lancés entre 2008 et 2016, les filières végétales englobent 27 projets et ont mobilisé 1,8 milliard de DH alors que 4 projets ont été déployés dans les filières animales (ovins, caprins, lait et apiculture) avec un budget de 44,8 millions de DH. Ainsi, des actions ont ciblé notamment le palmier dattier, le safran, l’amandier ou encore la filière oléicole.
Si pour la région de Drâa-Tafilalet, une grande part des investissements du plan Maroc Vert ont été destinés à l’application des objectifs du Pilier II, c’est en partie pour valoriser des produits agricoles ou des activités existant déjà, mais nécessitant une approche de travail modernisée. Le travail communautaire et l’instauration de la qualité-produit dans les mœurs sont deux objectifs qui semblent avoir été atteints dans plusieurs projets.
Par ailleurs, plusieurs programmes et actions transversales ont été entrepris en parallèle aux Piliers I et II, mobilisant un budget de 2,48 milliards de DH. L’aménagement de l’aval de Keddoussa a nécessité un budget de 760 millions de DH. L’aménagement hydro-agricole du périmètre Ansegmir a mobilisé 104 millions de DH. Il faut citer également le projet de développement agricole intégré dans les communes d’Ikniouen et Aït el Farsi avec un budget de 35  millions de DH. Le plan agricole a entrepris aussi un programme trans-régional de développement des parcours du cheptel et la régulation des flux avec un budget de 723 millions de DH, ainsi que le Programme national d’économie d’eau et d’irrigation (PNEEI) mobilisant un budget de 798 millions de DH. Enfin, le plan a permis de financer le projet transversal lié au safran et dattes avec un budget de 43 millions de DH.
Sabrina BELHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]omiste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc