×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Marsa Maroc: Il y a une vie sans la Samir

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:4998 Le 07/04/2017 | Partager
    La société réalise un résultat d’exploitation de 830 millions de DH en 2016
    Les actionnaires toucheront 587 millions de DH de dividendes
    mohammed_abdeljalil_marsa_maroc_098.jpg

    Mohammed Abdeljalil, président du directoire de Marsa Maroc: «Le quai conteneurs que nous avons en concession à Tanger Med II sera mis en service en 2019» (Ph. F. Al Nasser)

    Malgré l’arrêt des importations du pétrole brut, Marsa Maroc a réalisé un exercice 2016 exceptionnel. La forte progression du trafic de céréales (+1,4 million de tonnes) et des aliments de bétail (600.000 tonnes) à l’import due à une faible campagne céréalière, a largement compensé la perte de revenu que lui assurait Samir. Le boom du trafic conteneurs au port de Casablanca fait le reste. Résultat, la  société a dégagé 400 millions DH de chiffre d’affaires additionnel pour un total de 2,567 milliards DH. Le résultat net de l’exercice s’établit à 580 millions DH.

    - L’Economiste: La forte progression de vos résultats 2016 (580 millions de DH nets) pourrait relancer la polémique sur la sous-évaluation du prix de l’introduction en bourse.
    - Mohammed Abdeljalil:
    L’introduction en bourse a été réalisée conformément aux lois et règlements en vigueur ainsi qu’aux bons usages. Quant à la performance des résultats 2016, cela s’explique principalement par la hausse des importations de céréales ainsi que l’augmentation inhabituelle constatée sur le trafic conteneurs.

    - La montée en régime de Tanger Med a-t-elle capté une partie du trafic conteneurs à Casa Port?
    - Trois  ports assurent le traitement du trafic de conteneurs tout en ayant des vocations différentes selon la nature de leur hinterland: Casablanca reste le principal port de trafic de conteneurs Gateway au niveau national avec près de 75% du volume. Ce port bénéficie notamment de la taille de son hinterland, qui comprend les régions les plus importantes économiquement. Le port d’Agadir est le deuxième port import-export du royaume avec 15% du trafic. C’est le principal port de sortie des exportations agricoles du pays. Enfin Tanger Med réalise près de 10% du trafic import-export du Maroc. Il est essentiellement tourné vers le  trafic de transbordement qui représente près de 95% de son activité.

    - Où en est votre projet de concession du deuxième quai à Tanger Med II?
    - Marsa Maroc a signé en mars 2016 un avenant à son contrat de concession avec l’Autorité portuaire de Tanger Med afin de modifier le périmètre initialement concédé à la société ainsi que le calendrier de réalisation du projet. Aujourd’hui, nous sommes dans la phase de réalisation des études. Le planning imparti pour un démarrage des opérations fin 2019 est respecté à ce jour.

    - Comment expliquer le retard pris pour la mise en service du terminal TC3 à Casablanca?
    - Pour tenir compte de contraintes liées à l’exploitation portuaire, nous avons d’un commun accord avec l’Agence nationale des ports, retardé le démarrage du projet. Ce qui a ramené la date contractuelle de mise en exploitation du terminal au 18 août  2016. Cependant, ce dernier n’a démarré son activité que le 24 octobre 2016 en raison d’imprévus sur le chantier de construction. Au final, nous avons accusé 2 mois de glissement sur un délai global prévu de 30 mois.

    - L’arrêt des importations du pétrole brut est-il suffisamment compensé?
    - L’arrêt de la raffinerie de Mohammedia s’est traduit par le remplacement des importations de pétrole brut par des produits raffinés. Toutefois, les volumes traités par Marsa Maroc ont été en baisse du fait de l’augmentation notable de la part de Tanger Med dans le traitement de ces produits raffinés.
    Propos recueillis par Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc