×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Régions

    Tanger: L’aérien confirme sa reprise

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4997 Le 06/04/2017 | Partager
    20% de croissance par rapport à février 2016
    Le boom industriel et le lancement de nouvelles lignes parmi les raisons
    air_arabia_097.jpg

    Le renforcement d’Air Arabia sur la région a favorisé la reprise de l'aérien à l'aéroport de Tanger (Ph. Air Arabia)

    Ibn Batouta, l’aéroport de Tanger, reprend du poil de la bête. Baptisée en l’honneur du grand voyageur marocain, originaire de la ville, la plateforme aéroportuaire poursuit sa tendance à la croissance observée en fin d’année. Pour le mois de février, le trafic a connu une augmentation de 20,32% par rapport à la même période de l’an dernier, soit le double de la moyenne nationale qui s’est établie à 9,49%, selon des chiffres issus de l’Office national des aéroports (ONDA).

    Seul l’aéroport d’Oujda fait mieux avec 21,01%. En chiffres, cela se traduit pour Tanger par le transit de 64.500 passagers, ce qui place Tanger en 6e position au niveau national, avec une part de marché de 4,7%. Malgré tout, la vitesse de croissance augure de belles perspectives pour l’aéroport tangérois qui pourrait à terme devenir un véritable hub régional. C’est ce qui était prévu en 2011 au plus fort de la croissance de cette plateforme avec des taux annuels de près de 17%. Après le lancement d’un premier terminal, un deuxième était en prévision et devait être lancé en 2015, mais devant le retard au décollage d’Ibn Batouta, rattrapé par la crise, le projet a été reporté.

    Sa traversée du désert semble bien toucher à sa fin après avoir atteint le fond avec la déprogrammation par la RAM de plusieurs connexions en 2014. D’autant plus que la capacité actuelle de l’aérogare, 1,5 million de passagers, selon l’ONDA, n’a pas encore été atteinte, l’aéroport caracole actuellement à près de 900.000 passagers par an.

    Mais les récentes annonces de plusieurs lignes dont celles devant connecter Tanger avec Paris et Malaga, par l’opérateur Air Arabia, semblent redonner confiance en cette plateforme. D’autres nouvelles connexions devraient être annoncées en 2017.
    L’aérien profite amplement de l’euphorie que connaît Tanger, surtout au niveau industriel. Avec le développement du tourisme d’affaires, son principal corollaire, l’aéroport de Tanger est en train de récupérer le terrain perdu.

    L’aérien, placé à tort comme le concurrent du maritime, est plutôt un véritable complément. Le maritime est un transport de masse, trois touristes sur quatre arrivant à Tanger sont amenés via bateau. Mais l’avantage de l’aérien est de permettre la connexion avec des destinations hors de portée jusqu’alors de manière directe.
    De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc