×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:4992 Le 30/03/2017 | Partager

    ■ Une agence organise un «Mafia Tour» destiné aux touristes!
    Une agence de voyage italienne de Trapani, dans l’ouest de la Sicile, a eu l’idée d’organiser un «Mafia Tour » avec visite de plusieurs lieux liés à cette organisation criminelle, suscitant la protestation des autorités locales. «Mafia Tour = Antimafia Tour», écrit le propriétaire de l’agence, Gianni Grillo, sur son site internet pour tenter de désamorcer la polémique, mais en vain. «C’est de la folie, une offense à toute une ville», a déclaré le maire de Trapani, Vito Damiano, qui a demandé la fermeture du site Easy Trapani qui organise ces voyages, selon le quotidien La Repubblica. Le patron de l’agence réplique indirectement à travers son site: «Nous sentons le devoir d’informer et de rechercher la vérité, de faire savoir à ceux qui visitent la Sicile ce qu’est effectivement la mafia et pourquoi le Mafia Tour est une action contre la mafia». «La mafia tue, le silence aussi», ajoute Easy Trapani, citant le journaliste et poète italien Peppino Impastato, né dans une famille mafieuse et assassiné par la mafia à l’âge de 30 ans, en 1978, pour n’avoir jamais cessé de la dénoncer. Le Mafia Tour est organisé sur une demi-journée ou une journée entière et comprend obligatoirement une visite au musée de la mafia, à Salemi, une commune à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Trapani. Ce musée reproduit dans un parcours les aspects de la mafia, comme ses rapports avec la politique et la religion, ainsi que les meurtres de cette organisation criminelle, les travaux publics illégaux, ainsi que les pages des principaux quotidiens consacrées ces dernières décennies à Cosa Nostra.
    Le tour peut aussi englober des arrêts dans des localités connues pour avoir abrité les plus célèbres boss mafieux, comme Corleone, la ville de Toto Riina et Bernardo Provenzano, les anciens chefs historiques de Cosa Nostra, ou Castelvetrano, la ville de Matteo Messina Denaro, considéré comme l’actuel patron de la mafia sicilienne.

    ■ Macabre mise en scène de la mort d’un chien: Une Autrichienne poursuivie
    Une quadragénaire qui avait fait les gros titres de la presse à scandale en Autriche, en accusant ses voisins d’avoir «assassiné» son yorkshire en le mettant dans un sèche-linge, a finalement reconnu avoir elle-même tué l’animal, a annoncé vendredi la police. L’affaire avait fait grand bruit: cette habitante des environs de Graz (sud) avait posé dans plusieurs tabloïds, expliquant avoir retrouvé le cadavre de l’animal dans la buanderie collective de son immeuble, accompagné du mot: «Encore tout chaud. Agréé pour sèche-linge». La femme, âgée de 49 ans, avait orienté les soupçons sur ses voisins, soulignant l’existence de «conflits». «Si quelqu’un m’en veut, qu’il s’en prenne à moi mais pas à un petit animal sans défense», avait-elle notamment témoigné, en larmes, dans un article évoquant un «crime bestial». A l’issue d’une «enquête approfondie», la plaignante a toutefois reconnu être elle-même à l’origine de la mort du chien. Elle a affirmé avoir introduit le yorkshire dans le lave-linge «par accident» et monté la macabre mise en scène pour «ne pas avoir à avouer son erreur à son fils», selon la police. La quadragénaire est désormais elle-même visée par une plainte pénale, a précisé cette source.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc