×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Gouvernement Valse des chefs de partis au QG du PJD

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4986 Le 22/03/2017 | Partager
L’Istiqlal se repositionne pour participer au gouvernement
Aziz Akhannouch attend l’offre de Saâdeddine El Othmani
Le PAM reste dans l’opposition, pour l’instant…
gouvernement_qg_pjd_086.jpg

Lors des différentes réunions avec les chefs de partis, comme ici avec Aziz Akhannouch et Mohamed Sajid, Saâdeddine El Othmani était entouré de membres du secrétariat général du PJD, dont Mustapha Ramid et Mohamed Yatim (Ph. Bziouat)

C’est parti pour le premier round des négociations. Saâdeddine El Othmani, le chef du gouvernement désigné, a choisi de rencontrer les différents partis représentés au Parlement sur deux journées. C’est le comité, composé de Hamdi Ould Rachid, Bouamar Taghouane et Mohamed Soussi, qui a mené les tractations avec le chef du gouvernement au nom de l’Istiqlal. La position du PI reste inchangée, exprimée en octobre 2016, selon Soussi. «L’Istiqlal va appuyer la majorité conduite par le PJD et veut participer au gouvernement», a-t-il dit. Le parti de la balance se repositionne en tant qu’allié potentiel dans la prochaine majorité.

La relance des négociations par El Othamni a favorisé ce come-back après avoir été écarté suite aux déclarations de son patron Hamid Chabat autour de la Mauritanie. Prévue initialement hier dans la matinée, la réunion avec Ilyass El Omari, secrétaire général du PAM, a été reportée à l’après-midi. Accompagné de Fatima Zahra Mansouri, le patron du parti du tracteur a assuré que pour l’instant, «le parti est toujours dans la même position annoncée le 8 octobre». Mais, il n’a pas exclu la possibilité d’un revirement de la situation. Ni El Omari, ni El Othmani n’ont accepté de donner plus de détails concernant une offre de participation à la majorité. Le secrétaire général du PAM a estimé qu’il est «encore prématuré d’évoquer la possibilité d’entrer au gouvernement» et que c’est à El Othmani de dévoiler s’il sollicitera la participation de sa formation.

Le nouveau chef du gouvernement s’est également réuni avec Aziz Akhannouch, président du RNI, et Mohamed Sajid, secrétaire général de l’UC. Pour l’instant, rien de nouveau dans les relations entre les deux parties. Akhannouch a précisé qu’il «compte favoriser la mise en place d’un gouvernement conduit par El Othmani, selon la logique voulant installer une équipe forte et homogène». Rien n’a été dit sur la volonté du RNI de maintenir la condition de l’entrée de l’USFP dans la majorité. Le président du parti de la colombe s’est contenté de dire qu’il «attend l’offre qui lui sera présentée par Saâdeddine El Othmani». Si plusieurs observateurs s’attendent à une plus grande flexibilité de la part du nouveau chef du gouvernement dans ses négociations avec le RNI, des indices semblent indiquer une potentielle reproduction du même scénario ayant conduit au blocage.

El Othamni était entouré, lors des discussions avec les chefs de partis, de membres du secrétariat général qui avaient affiché un non catégorique face à la participation de l’USFP. Lors des différentes rencontres tenues hier, le chef du gouvernement désigné était accompagné Mustapha Ramid, Lahcen Daoudi, Mohamed Yatim et Mustapha El Khalfi.

Ce dernier a été chargé de la mission de porte-parole du chef du gouvernement. Après l’Istiqlal et le RNI, El Othmani devait rencontrer dans l’après-midi Mohand Laensar. Aujourd’hui, deux autres réunions sont programmées. La première avec Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP, puis avec Nabil Benabdallah, patron du PPS. La veille, une délégation de ce parti, qui risque d’être l’une des victimes de la relance des négociations, s’est rendue au domicile de Abdelilah Benkirane au quartier des Orangers à Rabat.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc