×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Sahara: Le Roi met en garde contre les provocations du Polisario

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4969 Le 27/02/2017 | Partager
    Le Souverain demande au secrétaire général de l’ONU de prendre des mesures urgentes
    La tension actuelle menace le cessez-le-feu
    antonio_guterres_sg_onu_069.jpg

    Le Maroc a annoncé qu’il allait procéder à un retrait unilatéral de Guergarate. Une mesure qui intervient suite à l’entretien téléphonique entre le Roi et Antonio Guterres (Ph. AFP)

    C’est la panique dans les camps de Tindouf. Aux succès diplomatiques de Rabat, le Polisario et ses sponsors répondent par des manœuvres et des provocations. Le retour du Maroc à l’Union africaine a été un coup dur pour l’état-major des séparatistes et leur protecteur algérien. C’est ce processus qu’ils voulaient entraver, comme cela a été précisé dans l’entretien téléphonique entre le Roi et le SG de l’ONU, Antonio Guterres sur la tension qui règne actuellement à Guergarate. «Des actes se sont produits avec préméditation, un mois avant le retour du Maroc à l’UA, afin de créer la zizanie et tenter, en vain, de torpiller ce processus», a rappelé le Souverain.

    Guterres a manifesté, samedi dernier, son «inquiétude» et a appelé à «la retenue». Le secrétaire général de l’ONU a rappelé que «les activités commerciales ne doivent pas être bloquées dans cette région». La réaction du Maroc a été immédiate. Le Roi a donné ses instructions pour que la demande de Guterres soit appliquée. Rabat a annoncé qu’elle allait procéder, dès hier, à un retrait unilatéral de la zone. La situation est grave. Les éléments armés du Polisario multiplient les incursions et les provocations à Guergarate. Ces actes ont été signalés à plusieurs reprises à la Minurso et aux Nations Unies. Il faut rappeler que le renforcement du contrôle au niveau de cette zone a dérangé le Polisario, dont les responsables sont impliqués dans différents trafics, transitant par ces régions. Le Roi a mis le secrétaire général de l’ONU face à ses responsabilités. Au cours d’un entretien téléphonique, le Souverain lui a demandé de «prendre les mesures urgentes et nécessaires afin de mettre un terme à cette situation inadmissible, qui menace sérieusement le cessez-le-feu».

    Les manœuvres des éléments du Polisario risquent également de mettre en péril la stabilité régionale. Il faut dire que la direction du Polisario semble jouer sa dernière carte. A quelques semaines de l’examen annuel du dossier du Sahara à l’ONU, cette dernière semble à bout d’arguments. Surtout après que le Maroc ait réussi à démonter les différents dossiers exploités par les séparatistes, comme celui des droits de l’homme dans les provinces du Sud ou la prétendue exploitation des ressources naturelles dans cette zone. Les manœuvres du Polisario s’inscrivent également dans une stratégie de fuite en avant, pour éviter de répondre à certaines questions qui mettent à nu la réalité de la situation dans les camps de Tindouf. C’est le cas notamment de la requête marocaine en vue de mener un recensement des populations retenues dans les camps.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc