×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    A Lyon, Total fait trabouler le carburant

    Par Jihad RIZK | Edition N°:4969 Le 27/02/2017 | Partager
    Visite guidée du Centre de Recherche de Solaize0 (CReS) du groupe Total
    Un concentré de R&D et une option sur l’avenir de l’énergie
    lyon_carburant_total_069.jpg

    Le laboratoire de recherche de Solaize est l’un des fleurons de Total. Le groupe y expérimente de nouvelles gammes de carburants et de lubrifiants
    (Ph. Total)

    Trabouler, verbe bien lyonnais, signifie traverser d’une rue à l’autre en arpentant les cours des immeubles, à travers des passages insoupçonnables derrière des portes anodines. Entre le vieux Lyon, et le centre de recherche du groupe Total en périphérie de la ville, il n’y a que 30 mn de trajet, mais le principe est le même: passer d’une dimension à une autre en quelques pas…

    Bienvenue à Solaize, une petite commune de 3000 habitants, «la campagne à 2 pas de Lyon», comme on aime l’appeler à la mairie. Solaize s’étend sur 814 hectares, dont 12 occupés par le CReS, centre de recherche de Total. A l’entrée de ce site hautement sécurisé, Jean-Louis Bonenfant, directeur général de Total Maroc, indique fièrement le drapeau marocain flottant auprès de celui de la France et du groupe pétrolier. A la tête d’une délégation marocaine,  Bonenfant tient à faire découvrir les secrets de fabrication du diesel Excellium, produit star des stations-services de la marque au Maroc.

    Ici, «formulateurs», chimistes et motoristes, s’activent au quotidien, dans des laboratoires de haute précision, pour améliorer les produits de Total. Le site de Solaize est l’un des trois centres de recherche du groupe Total en France. Ses activités s’articulent autour de deux axes principaux: l’élaboration de nouveaux produits liés à l’activité pétrolière (lubrifiants pour moteurs, carburants propres, fuel, bitumes), et les services aux entités industrielles et commerciales du groupe (moyens analytiques, assistance aux usines, réalisation d’études...).

    La visite commence par un briefing de sécurité. Ici, sans jeu de mots, rien n’est laissé au hasard. En plus de la confidentialité dans les lieux, la sécurité des personnes est un véritable enjeu, et hors de question de laisser la curiosité d’un visiteur s’assouvir au toucher des éprouvettes ou derrière une caméra de téléphone. Première étape: écouter les chimistes. C’est par eux que démarre l’innovation en matière de carburants. Une fois le besoin identifié, des formules sont élaborées, mises en œuvre, testées et expérimentées sur de vrais moteurs. Pour la gamme Excellium, ce sont près de dix produits additifs qui sont «rajoutés» au produit de base raffiné. Evidemment, pas question d’accéder aux formules, secret de fabrication minutieusement préservé par la maison, mais la jeune chimiste apporte la preuve, par la démonstration, de chaque argument. Ici, l’ennemi a un nom: la crasse. C’est ce qui vient boucher les injecteurs et réduire les capacités des moteurs. Alors, tout est fait pour combattre cet ennemi: éliminer la mousse, réduire la corrosion, isoler l’eau, si cela venait à arriver pour d’autres raisons, du carburant…Ainsi, parmi la dizaine de produits chimiques, on peut citer le désémulsifiant, celui anti-mousse, un autre anti-corrosion, des antioxydants, du détergent ou encore du ré-odorant.

    Résultat: au bout d’une bonne période d’utilisation de l’Excellium, preuve à l’appui, le moteur est totalement nettoyé, et la consommation se voit réduite jusqu’à 4%. Après ce doux rappel des cours de chimie, direction une séance de sciences mécaniques, plus précisément de résistance, ou du peu de résistance, des matériaux. Dans une salle au troisième étage, des chercheurs observent les alliages métalliques de toutes les formes d’injecteurs automobiles, grâce à un microscope agrandissant rare dans le monde. Les images qui apparaissent à l’écran sont simplement époustouflantes. Agrandie quelques millions de fois, la tête d’un injecteur, à peine visible à l’œil nu, est un monde à part, où plongent sans cesse ces chercheurs pour comprendre les contours de la matière. L’ennemi est toujours le même: la crasse, cette poisseuse crasse, laquelle, en s’installant, rend la profusion du carburant dans la chambre du moteur laborieuse. Ce qui réduit la performance mécanique de l’engin et, pire encore, fait consommer davantage de carburant.

    Place à présent, à quelques minutes de marche, au pavillon des «motoristes». Ici, des moteurs de tous types, toutes marques, tournent en moyenne 100 heures par semaine. De celui fait pour les voitures citadines à celui destiné aux grands poids lourds ou les engins de travaux publics, tous les types de moteurs sont mis à l’épreuve. Objectif: mesurer, par l’usage, les théories avancées par les «formulateurs» et les chimistes. Pour le carburant comme pour le lubrifiant, les moteurs tournent à plein régime et l’observation des rendements est réalisée à la seconde. Montrant des injecteurs et autres pièces des moteurs, le motoriste en chef des ateliers est catégorique: L’usage de l’Excellium nettoie les moteurs et préserve leur performance.
    A Solaize, 250 chercheurs développent en permanence de nouvelles solutions et des produits innovants. La 3e génération du carburant Total Excellium, a mobilisé 20 chercheurs pendant plus de 2 ans et a abouti à plus de 2300 tests en laboratoire. A Solaize, près de Lyon, Total traboule d’une dimension à l’autre…

    De notre envoyé spécial

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc