×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les groupes bancaires parient sur le Ghana

    Par Safall FALL | Edition N°:4969 Le 27/02/2017 | Partager
    Attijariwafa bank, BMCE Bank of Africa et BP se positionnent
    Les partenariats vont du financement du commerce, de l’investissement aux infrastructures

    Le partenariat financier s’intensifie entre le Royaume et ses partenaires du Sud du Sahara. Le groupe Attijariwafa bank a finalisé le 17 février dernier un important mémorandum avec la ghanéenne GCB Bank Ltd, 2e du marché local en termes d’actifs. Ce partenariat vise à renforcer les liens entre les deux institutions financières en termes de correspondent banking. Il s’agira aussi de collaborer davantage dans le «financement de l’investissement, du commerce et, plus généralement, des projets sur le continent africain», comme l’explique une note d’information de la banque marocaine. Ce MOU permettra surtout à celle-ci de prendre position sur ce marché qui figure parmi les plus dynamiques de l’espace Cedeao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest).

    La GCB Bank Ltd détient le plus large maillage d’agences (161 établissements). Ce qui en fait le leader en termes de réseau. Elle emploie un peu plus de 1.900 collaborateurs en décembre 2015, avec des actifs valorisés à environ 1,27 milliard de dollars. Les deux partenaires financiers veulent aller très vite: «Cet accord est la première étape d’un partenariat à long terme entre nos deux institutions», a expliqué Samuel Sarpong, chef des Opérations et directeur exécutif de la GCB Bank Ltd. Une déclaration qui laisse entrevoir d’importantes perspectives d’évolution. Concrètement, le deal se concrétisera d’abord par la mise en place d’une plateforme facilitatrice d’affaires pour les entreprises des deux pays et du continent. Mohamed El-Kettani, le PDG du groupe Attijariwafa bank, évoque de son côté «la mise en place de produits et services financiers aux meilleurs standards du marché, à destination de nos clientèles respectives».

    Le Ghana table sur une croissance de 7,7% pour 2017, selon les dernières projections du Fonds monétaire international (FMI). Le pays abrite l’un des secteurs bancaires les plus dynamiques de la région. D’ailleurs, les deux autres groupes bancaires du top 3 marocain sont aussi entrés en jeu. Le Groupe banque centrale populaire (GBCP) a aussi établi un MOU pour «la mise en place d’une coopération générale, support des opérations de commerce extérieur et «risk sharing» entre le Maroc, le Ghana et les différents pays d’implantation du groupe».

    BMCE Bank of Africa sur tous les fronts

    BMCE Bank of Africa a conclu trois conventions de partenariat avec des opérateurs ghanéens. L’une d’elles, établie avec l’Electricity Company of Ghana (compagnie nationale d’électricité), vise la mobilisation d’une ligne de 10 millions de dollars. Cette enveloppe servira au financement de la modernisation des infrastructures de l’organisme. Quelques jours auparavant, c’est à Djibouti que le groupe d’Othman Benjelloun a décroché un important deal en contribuant au financement d’un nouveau pôle urbain et d’extension de la capitale du pays. Le groupe y a misé 30 millions de dollars. Le programme est développé par un consortium 100% local (CID/Finatech/Emteyco).

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc